Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Lonza (Nella), Pod plaštem pravde, Kaznenopravni sustav Dubrovaèke Republike u XVIII. stoljecu, (Sous le voile de la justice, Le système pénal de la République de Dubrovnik au XVIIIe siècle)

Dubrovnik, Zavod za povijesne znanosti Hrvatske Akademije Znanosti i Umjetnosti (Publications de l'Institut pour les Sciences historiques de l'Académie des Sciences de Croatie), 1997, [Résumé en anglais], ISBN 953 154 0810.
Jasna Adler
p. 132-133
Référence(s) :

Lonza (Nella), Pod plaštem pravde, Kaznenopravni sustav Dubrovaèke Republike u XVIII. stoljecu, (Sous le voile de la justice, Le système pénal de la République de Dubrovnik au XVIIIe siècle) Dubrovnik, Zavod za povijesne znanosti Hrvatske Akademije Znanosti i Umjetnosti (Publications de l'Institut pour les Sciences historiques de l'Académie des Sciences de Croatie), 1997, [Résumé en anglais], ISBN 953 154 0810.

Texte intégral

1Cet ouvrage sérieux, bien documenté sur les archives de la République ragusienne, analyse différents aspects de son système pénal. Au confluent de multiples influences, la doctrine se construit déjà au XIIe siècle et s'enrichit par acquis et emprunts successifs au système pénal vénitien, ainsi qu'à la coutume ou encore à la jurisprudence des villes italiennes. La torture par exemple, dont la pratique et la doctrine sont empruntées aux villes italiennes, est utilisée au XIVe siècle alors que les normes écrites n'existent pas encore. Les premiers cadres, notaires, viennent des villes italiennes, avec lesquels perdurent des liens sociaux. Les grandes familles de Dubrovnik (comme les Sorgo) forment au courant du XVIIIe siècle volontiers leurs fils à Rome, ou à Bologne. La doctrine juridique italienne s'y répand à la même vitesse qu'ailleurs en Europe ; le texte de Beccaria, Des délits et des peines, dans son édition vénitienne de 1781, arrive la même année dans les villes de la côte dalmate.

2En analysant la structure de l'appareil juridique, le fonctionnement de ses institutions, la pratique pénale et son insertion dans le tissu social, Lonza dresse un tableau complet du système pénal ragusien. Certaines difficultés fonctionnelles des institutions pénales proviennent d'un affaiblissement démographique de la classe patricienne, mais aussi de son apparent désintérêt de la chose publique. Une des mesures pour lutter contre l'abstentionnisme au sein du Grand conseil seront des amendes. Ces mesures sont peu efficaces, à en juger par le nombre de billets d'excuses, accompagnés de certificats médicaux complaisants précisant parfois l'impossibilité de quitter le domicile pour cause de « purgation ». Surmontant l'affaiblissement de la classe patricienne, les institutions de la République continuent à fonctionner tout au long du XVIIIe siècle selon leurs modes anciens : fonctions limitées dans la durée, faites dans le souci d'éviter un pouvoir oligarchique.

3La criminalité, telle qu'en témoignent les documents étudiés, manifeste quelques particularités. Le contentieux des meurtres diminue au XVIIIe siècle, ne représentant plus que un à deux cas par an, contre onze au XVIIe siècle. L'explication de ce changement se trouve dans les circonstances politiques, le territoire de la République se situant au croisement des intérêts vénitiens et ottomans. La paix de 1699 marque donc la diminution des troubles. La part des vols, par contre, reste constante au cours des deux siècles.

4Après avoir étudié et évoqué les différentes peines appliquées (estrapade, bannissement, exposition à dos d'âne, etc.), puis les mécanismes inquisitoriaux du procès pénal, Lonza termine par un chapitre sur la culture juridique de Dubrovnik au XVIIIe siècle.

5Cet ouvrage érudit, tout en renseignant sur le système pénal de la République, qu'il montre lié aux courants européens de son époque, souligne aussi ses particularités locales : le poids, notamment, de la coutume dans les communautés villageoises, ainsi que l'impact de son environnement politique plus vaste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jasna Adler, « Lonza (Nella), Pod plaštem pravde, Kaznenopravni sustav Dubrovaèke Republike u XVIII. stoljecu, (Sous le voile de la justice, Le système pénal de la République de Dubrovnik au XVIIIe siècle) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 3, n°1 | 1999, 132-133.

Référence électronique

Jasna Adler, « Lonza (Nella), Pod plaštem pravde, Kaznenopravni sustav Dubrovaèke Republike u XVIII. stoljecu, (Sous le voile de la justice, Le système pénal de la République de Dubrovnik au XVIIIe siècle) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 3, n°1 | 1999, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/945

Haut de page

Auteur

Jasna Adler

(Département d'histoire générale, Université de Genève)

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org