Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Garces (Carlos), Brujas y adivinos en Tucuman (Siglos XVII y XVIII)

San Salvador de Jujui (Argentina), Universidad Nacional de Jujuy, 1997, 179 p., ISBN 950721092 X.
Yves Castan
p. 118-119
Référence(s) :

Garces (Carlos), Brujas y adivinos en Tucuman (Siglos XVII y XVIII), San Salvador de Jujui (Argentina), Universidad Nacional de Jujuy, 1997, 179 p., ISBN 950721092 X.

Texte intégral

1C'est un ouvrage concis, fondé sur un petit nombre de procédures entreprises dans le gouvernement de Tucuman, vaste région (sept provinces actuelles), faiblement peuplée et dépendant alors de la vice-royauté du Pérou. La fréquence des recours n'était pas grande, même dans le tiers de siècle (1688-1721) qui vit la plus grande affluence d'accusations de sorcellerie. L'auteur a donc pu offrir un compte rendu très détaillé des informations apportées par les pièces des procès et retracer le cours de chaque procédure quand leur conservation le permettait, soit dans la plupart des cas.

2Les conditions d'exercice de la justice criminelle pour des affaires privées et dont les aspects intéressent l'autorité religieuse sont précisées utilement, faisant apparaître, plutôt qu'une efficace rigueur de l'appareil ecclésiastique, la forte influence sur les justiciables, juges et témoins de leurs représentations du religieusement correct, assez accordées sans être nécessairement orthodoxes. La structure coloniale de la société explique nombre de traits de cette pratique criminelle : les plaignants appartiennent régulièrement à la classe dominante des « Espagnols » qui détiennent les rôles d'autorité économique et sociale, administrative et militaire, rôles qu'il croisent sans cesse car il n'y a que peu de familles capables de les occuper, non sans quelque impéritie. Les accusés indiens, métis, voire noirs sont, malgré des occupations variées tous pris dans le système de l'encomienda ou même dans les liens de la domesticité. Ils usent de langages indigènes, d'où la nécessité d'interprètes dans ces procès.

3D'un étage social à l'autre ce manque de transparence se traduit par l'utilisation comme experts des adivinos qui pratiquent les formes de magie blanche ou curative dans leurs localités : ils sont réputés bons connaisseurs des atteintes maladives et mortelles infligées par les sorcières vindicatives qu'une réputation de mœurs dissolues expose d'emblée à la mala fama, bien qu'elles soient presque toutes parvenues à l'âge canonique.

4Le décalage historique d'un demi-siècle que présente cette crise de courte portée par rapport à celle de l'Europe moderne pose problème, comme pour l'affaire tardive des « sorcières de Salem » en Amérique du Nord. L'exotisme du milieu humain et naturel ne peut dissimuler l'analogie des interprétations et directives familières et savantes avec celles relevées en Europe : vocation sorcière de femmes vieilles et pauvres, pactes diaboliques consentis, instruments, supports et manifestations des charmes, transmissions familiales des savoirs occultes, évaluation judiciaire des indices, recours à la torture pour réduire à la confession.

5Mais pourquoi cet anachronisme, alors que les conceptions rationnelles sont représentées chez les défenseurs et qu'une certaine réserve ecclésiastique est notable ? L'auteur, bien informé sur l'état des questions, comme en témoignent, outre son texte, sa bibliographie et ses notes, retient, entre autres, l'importance du malaise économique et démographique (population indigène localement diminuée des deux-tiers) et la recherche classique du « bouc émissaire ». Sa discussion des diverses hypothèses, instruite des recherches générales et régionales, est d'un intérêt comparatiste requis par son sujet d'étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Castan, « Garces (Carlos), Brujas y adivinos en Tucuman (Siglos XVII y XVIII) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 3, n°2 | 1999, 118-119.

Référence électronique

Yves Castan, « Garces (Carlos), Brujas y adivinos en Tucuman (Siglos XVII y XVIII) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 3, n°2 | 1999, mis en ligne le 06 avril 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://chs.revues.org/919

Haut de page

Auteur

Yves Castan

Université de Toulouse, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org