Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Frédéric Ocqueteau, Les défis de la sécurité privée. Protection et surveillance dans la France d'aujourd'hui

Paris, L'Harmattan, « Déviance & Société », 1997, 190 p. ISBN 2-7384-5498-4
Dominique Kalifa
p. 131-132
Référence(s) :

Frédéric Ocqueteau, Les défis de la sécurité privée. Protection et surveillance dans la France d'aujourd'hui, Paris, L'Harmattan, « Déviance & Société », 1997, 190 p. ISBN 2-7384-5498-4

Texte intégral

1Longtemps le seul chercheur à s'intéresser en France au secteur émergent de la sécurité privée, Frédéric Ocqueteau a consacré à cette question plus de dix années de travaux, qui contribuèrent largement à la fonder comme objet d'étude sociologique et juridique. Précis et synthétique, ce petit livre apparaît donc à la fois comme un bilan des recherches réalisées et une mise au point critique. Outre la recension très complète qu'il propose de la littérature sur ce sujet, l'ouvrage vaut au moins à trois égards : par le recentrage qu'il opère de la notion de « sécurité privée », et qui permet de cerner le secteur dans toute son étendue contemporaine ; par l'analyse des diverses recompositions professionnelles qui l'affectent depuis une vingtaine d'années ; par l'étude enfin des relations entretenues avec les pouvoirs publics, qui posent à la fois la question de la légitimité de la sécurité privée dans un Etat de droit, et celle du risque de « déficit démocratique » qu'elle peut constituer.

2S'efforçant de prendre la mesure des diverses activités proposées, l'ouvrage signale d'abord l'existence d'un secteur beaucoup plus vaste, plus composite et surtout plus autonome que les traditionnelles polices supplétives ou privées des XIXe et premier XXe siècles, garantes ou auxiliaires d'un ordre purement instrumental. C'est en effet à l'essor d'une véritable « chaîne de la sécurité » que l'on assiste depuis la fin des années 1970, marquée notamment par la progressive substitution des technologies de protection (industries de l'alarme et vidéosurveillance par exemple) aux seules ressources humaines. Mu par une logique commerciale et marchande, le « champ de services » que décrit l'auteur se révèle extraordinairement inventif, exploitant tout ce qui peut concerner, de près ou de loin, la gestion et la prévention des risques. Bien plus qu'une nouvelle forme de police privée, il s'agit donc d'une véritable industrie, dont la plupart des composantes, transport de fonds en tête, connaissent une croissance soutenue, qui emploie aujourd'hui plus de cent mille personnes (soit deux agents de sécurité pour trois policiers et gendarmes) et se montre capable de produire à grande échelle ce « bien » nouveau qu'est désormais la sécurité.

3On comprend donc l'enjeu que constitue, pour un tel secteur, la question de sa professionnalisation. D'autant que la situation y apparaît particulièrement difficile : l'absence de structures solides y est patente, la concurrence féroce, la déontologie incertaine, et l'on y est longtemps demeuré en dehors du droit commun du travail, sans programme sérieux de formation, sans réglementation cohérente ni conventions collectives. En dépit des tentatives de concentration et d'assainissement menées depuis vingt ans par quelques organisations patronales, et dont l'ouvrage tient la chronique détaillée, la cohésion professionnelle demeure aujourd'hui encore largement de façade. Il n'est vraiment qu'en matière salariale que règne désormais le droit commun. C'est d'ailleurs souvent davantage de l'extérieur que de l'intérieur du champ professionnel que sont venues les impulsions décisives. Analysant l'état récent de la jurisprudence les concernant, Ocqueteau montre que les entreprises de gardiennage ou de surveillance sont de plus en plus tenues de produire une « obligation de résultat », et non plus seulement de moyens ». Malgré l'insuffisance des moyens mis à la disposition des préfectures pour organiser le contrôle des entreprises et des salariés, les dispositions de la loi de juillet 1983 permirent également d'améliorer la situation. Complétant le dispositif, la loi Pasqua de janvier 1995 pouvait explicitement compter les sociétés privées au nombre des acteurs concourant de plein droit à la sécurité générale. En réglementant (et en facturant lourdement) les interventions faisant suite aux appels des télésurveilleurs, la police joua également un rôle important de clarification. Mais l'ouvrage montre combien ce sont désormais les compagnies d'assurances qui, en plaçant progressivement les sociétés de sécurité sous leur contrôle et leur dépendance, se sont imposées comme les acteurs décisifs de cette normalisation. Même si les pouvoirs publics s'efforcent de ménager les transitions, c'est donc bien la dépossession progressive de l'une des principales fonctions régaliennes de l'État que signale le phénomène. Joint à la généralisation des technologies nouvelles de surveillance et à l'usage de supports numériques, on comprend que ce processus de division et de privatisation d'une régulation sociale obéissant aux seules logiques du marché puisse inquiéter. D'où l'importance de poursuivre la recherche et la réflexion sur ce domaine encore trop négligé par l'histoire et les sciences sociales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Kalifa, « Frédéric Ocqueteau, Les défis de la sécurité privée. Protection et surveillance dans la France d'aujourd'hui », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 4, n°1 | 2000, 131-132.

Référence électronique

Dominique Kalifa, « Frédéric Ocqueteau, Les défis de la sécurité privée. Protection et surveillance dans la France d'aujourd'hui », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 4, n°1 | 2000, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://chs.revues.org/868

Haut de page

Auteur

Dominique Kalifa

Université Denis-Diderot Paris VII, kalifa@ccr.jussieu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org