Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Danielle Laberge, Marginaux et marginalité, les États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles

Paris, 1997, L'Harmattan (Déviance et Société), Coll. Logiques sociales, 279 p., bibliographie, ISBN 2 7384 5087 3.
Michel Porret
p. 129-131
Référence(s) :

Danielle Laberge, Marginaux et marginalité, les États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris, 1997, L'Harmattan (Déviance et Société), Coll. Logiques sociales, 279 p., bibliographie, ISBN 2 7384 5087 3.

Texte intégral

1Divisé en cinq parties et en une quarantaine de chapitres que bouclent six pages de conclusion, l'ouvrage de Danielle Laberge étudie, sous l'angle de la sociologie, la marginalité sociale et les mesures de son endiguement aux États-Unis entre la seconde moitié du XVIIIe siècle et les ultimes décennies du XIXe siècle. Le questionnement sociologique de l'auteur, qui utilise souvent la dimension historique de son objet comme une abstraction rhétorique ou naïve (l'histoire « rétrospective obligée » de ce qui se passe avant), abuse parfois d'un vocabulaire répétitif (gestion, désinstitutionnalisation, production et reproduction de la société, cible, etc.) rendant abstrait l'objet même de l'étude. Par ailleurs, l'usage prononcé de la pronominalisation pour décrire des pratiques institutionnelles (effet Foucault) prive bien souvent l'histoire que brosse l'auteur de tout acteur repérable et rationnel. Imprimé à la hâte selon les normes en vigueur de son éditeur, l'ouvrage, dépourvu de tout index thématique et onomastique, publie trois tableaux statistiques (pp. 64-65, 148) concernant la démographie nord-américaine, ne dit pas grand-chose sur les acteurs (politiciens, moralistes, statisticiens, médecins, magistrats) étudiés, reste peu critique envers les sources citées presque toujours de seconde main, rapidement identifiées (« documents d'époque » !).

2Les conclusions insistent à juste titre sur la crise actuelle des institutions nord-américaines du contrôle social (notamment la prison ou l'asile psychiatrique) et plus largement sur le recul universel du welfare state (dégradation sociale). Aux États-Unis, la politique sécuritaire actuelle du tout à la prison est le symptôme le plus évident de cette dégradation dans une société qui privatise progressivement son système pénitentiaire et valorise la rétribution sur la réhabilitation. Les États-Unis connaissent le taux le plus élevé au monde d'adultes incarcérés, alors que l'usage croissant de la peine capitale envers les mineurs et les majeurs montre l'échec d'une pénalité correctrice. L'objet de cette monographie est ainsi important : dès le début du XIXe siècle, les institutions du contrôle social nord-américaines ont constitué des modèles pour l'Europe, elles étaient apparentées au libéralisme démocratique des pères fondateurs. Magistrat sous la Restauration, Tocqueville, fasciné par le républicanisme fédéral, se rend alors aux États-Unis pour y étudier le système pénitentiaire de la toute jeune démocratie : désignant le modèle auburnien (travail, cohabitation cellulaire) et pennsylvanien (travail, isolement cellulaire) son rapport rédigé avec G. de Beaumont (1833), marquera la réforme du système carcéral français.

3Traversant au pas de charge la période coloniale (pp. 15-74) dont le système socio-juridique est résumé à grands traits sous la thématique foucaldienne de la domination du maître envers l'esclave et de la confusion (alors traditionnelle aussi en Europe) des catégories de marginaux (pauvres, fous, vagabonds), Danielle Laberge aurait pu montrer les ruptures ou les continuités pénales avec le système de la métropole qui déporte ses convicts dans le nouveau monde. À partir de la situation coloniale, elle pointe trois grandes problématiques structurelles qui désigneraient la spécificité du contrôle de la marginalité aux États-Unis : une spécialisation binaire, soit une façon de faire qui privilégie la pénalisation (« l'objet pénal », pp. 75-123) et la définition d'une population cible qui investit celle des mineurs (l'« enfance », pp. 125-177) et responsabilise la cellule familiale. C'est sur ce double ancrage, proche en fait de la situation européenne au XIXe siècle, que se base l'« étatisation » de ce contrôle social (pp. 179-217). Budgets publics, taxes, surveillance, étude sur le paupérisme, prévention sociale, almhouses pour placer les indigents, prison : la « rationalisation » de l'action étatique (pp. 219-247) en fait toute l'efficacité utilitaire et économiste, nécessaire à un prodigieux effort d'industrialisation. Un détour du côté de la culture politique (fédéralisme), confessionnelle (puritanisme) et judiciaire (criminologie) éclairerait parfois de manière plus convaincante la thèse centrale de la construction d'une déviance plus spécifique au cours du XIXe siècle. Sécuritaire et morale, cette construction mise notamment sur la responsabilité individuelle en opposant les compétences institutionnelles du privé contre celles de l'État ; elle polarise les populations rurales à celles des centres industriels. A cela s'ajouterait aussi la thèse de la médicalisation ou de l'hygiénisme qui, tous deux, colorent la marginalité subie de qualificatifs nouveaux : en Europe de même qu'aux États-Unis, la question sociale après 1830-1840 est alors pensée en terme de « pathologie sociale » ; de son côté, la criminologie naissante (et bientôt dominante) enferme cette pathologie dans un questionnaire « scientifique », obsédé par la récidive, le milieu social et l'atavisme.

4Cet ouvrage est précieux parce qu'il permet quelques comparaisons avec les modèles européens du contrôle social de la précarité (réhabilitation). Pourtant, l'objet visé par l'auteur semble trop vaste : synthétiser en moins de 300 pages les mutations séculaires de la politique du contrôle social des marginaux aux États-Unis, pays marqué en outre par un formidable processus d'urbanisation, de migration et de paupérisation, ne peut aboutir qu'à un premier bilan où les réponses ne sont donc, tout naturellement, que partielles. Toutefois, l'ouvrage permet de comprendre aujourd'hui l'effondrement du modèle nord-américain en matière de politique sociale. La crise américaine devrait signaler les politiques de contrôle social qu'il ne faut pas suivre dans les régimes démocratiques européens. Dès la fin du siècle des Lumières, ceux-ci misent sur la prévention et la perfectibilité des individus et des institutions, parient sur la réhabilitation via la prison carcérale, ce revers obligé de tout contrat social moderne. Comme le souligne justement Danielle Laberge, l'« extension de la pénalité » est pourtant devenue aujourd'hui aux États-Unis l'essence même du contrôle social de la marginalité ou de la misère. Dans une culture du libéralisme économique, la politique sociale reste en outre une « affaire de sous ». Cet économisme pénal mène l'État à se retirer, paradoxalement, du champ même du contrôle social dont il a besoin pour assurer la sécurité des individus et des biens, ainsi que la sienne. Dans une nation où la culture de la violence reste une des valeurs fondamentales des « libertés » individuelles depuis ses origines (conquête, lynchage, détention d'armes, etc.), ce recul étatique engendrera peut-être, suggère avec pertinence Danielle Laberge, un retour radical à l'eugénisme social ou aux pires usages de la justice privée dans les vingt prochaines années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Porret, « Danielle Laberge, Marginaux et marginalité, les États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 4, n°1 | 2000, 129-131.

Référence électronique

Michel Porret, « Danielle Laberge, Marginaux et marginalité, les États-Unis aux XVIIIe et XIXe siècles », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 4, n°1 | 2000, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chs.revues.org/866

Haut de page

Auteur

Michel Porret

michelporret@lettres.unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org