Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Frédéric Chauvaud (dir.), Le sanglot judiciaire. La désacralisation de la justice (VIIIe-XXe siècles)

Crest, éd. Créaphis, 1999, 35 p. (Collection « Rencontres à Royaumont », 12). ISBN 2-907 150-96-0
Jan Art
p. 122-123
Référence(s) :

Frédéric Chauvaud (dir.), Le sanglot judiciaire. La désacralisation de la justice (VIIIe-XXe siècles), Crest, éd. Créaphis, 1999, 35 p. (Collection « Rencontres à Royaumont », 12). ISBN 2-907 150-96-0

Texte intégral

1Titre ambitieux, livre admirablement illustré, table des matières prometteuse. Dans une première partie sont indiqués « les chemins de la désacralisation » du VIIIe siècle jusque dans les années trente du XXe siècle ; dans la seconde, quelques « configurations de la désacralisation », telles qu'elles se sont manifestées dans le courant du long XIXe siècle, sont étudiées en détail. Un des mérites de ce livre est de démontrer comment la « crise de la justice contemporaine » ne tombe pas du ciel et n'est d'ailleurs pas la première. Ceci ressort de la première partie dans laquelle les auteurs ont dû s'atteler à la tâche ingrate de résumer en une centaine de pages mille ans de désacralisation de la justice. Comme dans tous les aperçus de ce genre, le lecteur reste un peu sur sa faim. Dans la seconde partie, par contre, est montré comment, par des études fouillées, on peut aborder concrètement l'analyse du procès de désacralisation de la justice au XIXe siècle : en suivant la représentation de la justice sur la scène théâtrale (parisienne), en reconstituant la prosopographie de la magistrature d'une région (le Dauphiné), en écoutant les discours de rentrée qui inaugurent annuellement la reprise de l'activité des tribunaux (ceux des années 1880 à 1883), ou en suivant l'histoire d'une institution comme celle de l'audience du sceau (XVIIIe-XIXe siècles). Il s'agit de pistes de recherche qui méritent d'être suivies pour d'autres époques et d'autres régions. Si jamais il y avait eu des tentatives dans ce sens, on ne l'apprend pas par les références bibliographiques des contributions mentionnées – ce qui nous amène aux aspects moins brillants de cet ouvrage collectif. Il s'agit bien sûr de la désacralisation de la justice en France, restriction qui valait d'être signalée dans le titre. Seul l'auteur non Français prend la peine de se référer à des situations extérieures à l'hexagone et cite, outre des auteurs français, également des collègues anglais, allemands ou italiens. Max Weber, qu'on peut difficilement passer sous silence en abordant un thème comme celui de la désacralisation, n'est mentionné que deux fois, et encore pour mémoire (pp. 36 et 226). Du coup on ignore tout ce qui a été écrit par les sociologues des religions (par ex. R. K. Fenn, Liturgies and Trials. The Secularization of Religious Language, Oxford, 1982) et on omet de situer le thème dans le cadre des théories de la sécularisation. Cela aurait pourtant permis de mettre en parallèle l'histoire de l'état clérical et celle de la magistrature, deux groupes qui ont dû affronter, au XIXe siècle, des défis analogues (inamovibilité, fonctionnarisation...). Néanmoins, ce livre reste une bonne introduction à un thème de recherche intéressant et offre des exemples stimulants de la manière dont des recherches ultérieures pourraient être effectuées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Art, « Frédéric Chauvaud (dir.), Le sanglot judiciaire. La désacralisation de la justice (VIIIe-XXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 4, n°1 | 2000, 122-123.

Référence électronique

Jan Art, « Frédéric Chauvaud (dir.), Le sanglot judiciaire. La désacralisation de la justice (VIIIe-XXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 4, n°1 | 2000, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/859

Haut de page

Auteur

Jan Art

Université de Gand, jan.art@rug.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org