Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier (collection historique), 2000, 298 p., ISBN 2-7007-2323-6

Philippe Artières
p. 170-171
Référence(s) :

Frédéric Chauvaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier (collection historique), 2000, 298 p., ISBN 2-7007-2323-6

Texte intégral

  • 1  Notamment ceux réalisés autour de Laurent Mucchielli (Histoire de la criminologie française, Paris (...)
  • 2  Cf. M. Foucault, Les anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, Paris, Hautes Études, Gallim (...)

1Si l'histoire des théories médico-légales du second XIXe siècle a fait l'objet de nombreux travaux1, en revanche, celle de l'émergence du personnage de l'expert et des pratiques de ce médecin légiste manquait. Le livre de Frédéric Chauvaud, comme la publication du cours de M. Foucault sur les anormaux2 viennent combler ce vide. Chauvaud, qui avait jusqu'à présent centré son intérêt sur le crime, offre par ce volume non plus seulement une plongée précise et documentée dans ce regard des médecins sur le crime, mais une analyse attentive et plurielle de cet autre corps, qu'est la médecine légale. Il dresse à partir de sources variées - ici une affaire criminelle, là un traité, plus loin un rapport d'expertise, le quotidien de ces médecins, interroge leurs gestes et explicite leurs actes. Retournant l'objectif photographique, l'historien dépeint ainsi le hors-champ du crime et son évolution tout au long du XIXe siècle. Mais surtout, à travers ce livre et en dépit d'un plan discutable - pourquoi avoir isolé l'histoire de la profession d'expert médico-légal de celles de leurs pratiques, Chauvaud fait l'histoire de la naissance de cette parole singulière qu'est celle de ces médecins experts devant les tribunaux.

2Il y a en effet chez l'expert médico-légal tel qu'il émerge progressivement au milieu du XIXe siècle un paradoxe central et probablement très intéressant si l'on examine sur une plus longue durée le rapport de la médecine et des médecins avec le monde social, si l'on travaille sur l'histoire du pouvoir médical. Le livre de Chauvaud dessine ainsi en creux comment la parole du médecin qui pour des raisons de déontologie doit demeurer dans le secret passe progressivement de ce domaine privé à l'espace public. L'auteur écrit ainsi l'histoire d'un discours qui est constitué à terme comme « porteur de vérité ». Ainsi, cette enquête met à jour de manière très novatrice, les étapes de l’« art de dire » que développent les médecins : dire le texte que le corps meurtri constitue en en proposant une représentation, dire l'interdit, celui des actes monstrueux que la bienséance interdit de nommer, dire l'histoire, en reconstituant les antécédents et en levant le voile sur le passé des individus, et enfin, dans le cas des empoisonnements auxquels Chauvaud consacre un long développement, dire la vérité des corps à la manière d'un oracle. Mais Les experts du crime montre, parallèlement à cet art de dire, et d'écrire - Chauvaud consacre de belles analyses à la rédaction des rapports, à cette production de représentation - d'une part comment le discours des experts s'affranchit de celui des juges et devient de plus en plus spécifique, et d'autre part de quelle manière l'action des experts contribua en cette fin de XIXe siècle à la vulgarisation du savoir médico-légal. Sans doute serait-il intéressant à partir de la perspective de Chauvaud d'examiner la diffusion de ce savoir partagé par les experts, d'analyser comment dans des dispositifs moins éclatants que celui du tribunal, ce discours a été reçu, repris, retourné.

3Novateur, tout en conservant une facture classique, l'ouvrage de Chauvaud ne fait pas que combler un vide, il ouvre des pistes pour penser autrement l'histoire du crime et à travers elle l'histoire sociale.

Haut de page

Notes

1  Notamment ceux réalisés autour de Laurent Mucchielli (Histoire de la criminologie française, Paris, l'Harmattan, 1994), ou Christian Debuyst (Histoire des savoirs sur le crime et la peine, De Boeck Université, 1995).

2  Cf. M. Foucault, Les anormaux, Cours au Collège de France, 1974-1975, Paris, Hautes Études, Gallimard, Le Seuil, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Artières, « Frédéric Chauvaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier (collection historique), 2000, 298 p., ISBN 2-7007-2323-6 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 5, n°2 | 2001, 170-171.

Référence électronique

Philippe Artières, « Frédéric Chauvaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier (collection historique), 2000, 298 p., ISBN 2-7007-2323-6 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 5, n°2 | 2001, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://chs.revues.org/759

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org