Navigation – Plan du site
Comptes rendus / Reviews

Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La Belgique criminelle. Droit, justice et société (XIve-XXe siècles)

études réunies par Xavier Rousseaux et Geoffroy Le Clercq, Louvain-la-Neuve, 2006, Bruylant-Academia, Université catholique de Louvain, col. Temps et espaces N° 5, 536 pp. (« Bibliographie » de la récipiendaire pp. 515-531, hélas sans index). ISBN 2 87209 781 3.
Michel Porret
p. 120-121
Référence(s) :

Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La Belgique criminelle. Droit, justice et société (XIve-XXe siècles), études réunies par Xavier Rousseaux et Geoffroy Le Clercq, Louvain-la-Neuve, 2006, Bruylant-Academia, Université catholique de Louvain, col. Temps et espaces N° 5, 536 pp. (« Bibliographie » de la récipiendaire pp. 515-531, hélas sans index). ISBN 2 87209 781 3.

Texte intégral

  • 1 Notamment : Philippe Godding, Michel Foucault, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit, Michael Ignatief (...)

1Durant sa carrière universitaire, notamment à la tête du Centre d’histoire du droit et de la justice (Université catholique de Louvain) qu’elle fonde en 1990 et anime avec énergie, l’historienne du crime et de la justice pénale Marie-Sylvie Dupont-Bouchat dirige des recherches (thèses de doctorat, mémoires de licence) et cosigne ou codirige une douzaine d’ouvrages sur la criminalité en Wallonie (1976), la sorcellerie dans les Pays-Bas (1987), les pénitenciers pour enfants (1996), la protection de l’enfance au XIXe siècle (1999), ou encore la criminalité dans les anciens Pays-Bas entre 1400 et 1800 (2001). Ayant signé au moins 111 articles dans le champ de l’histoire judiciaire et pénale, Marie-Sylvie est une fédératrice passionnée de la recherche. Comme elle le précise dans les huit pages d’ego histoire (« Itinéraire de recherche »), qui inaugurent ce volume et miniaturisent sa biographie intellectuelle de chercheuse, médiéviste de formation, elle s’ouvre sur la période moderne et contemporaine au fil des recherches, avec la constitution de réseaux internationaux et lors d’échanges intellectuels avec ses collègues et amis en Europe et au Canada1. Dix-sept de ses articles les plus marquants sont réédités et commentés dans cet original volume d’hommage dont les cinq chapitres thématiques illustrent les intérêts épistémologiques et historiographiques de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat autour des liens entre l’individu, la justice et l’État, des réformes pénales de la Renaissance au XIXe siècle, de la peur du crime comme matrice de la politique sécuritaire aux époques moderne et contemporaine, de la prison comme utopie correctrice de l’État de droit, de la délinquance juvénile dans le prisme contemporain de la protection de l’enfance. Vaste parcours historiographique d’une chercheuse engagée et humaniste. Sensible aux femmes et aux hommes longtemps oubliés par l’histoire officielle, attentive à la violence institutionnelle sur les mineurs jugés et incarcérés, elle pense l’histoire et la sociologie du crime à travers le prisme marxisant et foucaldien d’une approche politique de la précarité sociale et de la domination des « exclus » – hérétiques, sorciers, vagabonds, prostituées, criminels et jeunes délinquants. Pour l’historienne de Louvain, toujours critique envers le discours normatif, la construction ecclésiastique de la démonologie est une idéologie dominatrice qui culpabilise les sujets de droit, la justice n’est jamais neutre dans son fonctionnement social, car elle pérennise le pouvoir. L’histoire du droit ne se ramène pas à celle des doctrines isolées des pratiques, le maintien de l’ordre conforte les hiérarchies sociales souvent inégalitaires, les individus socialement les plus fragiles et les plus démunis focalisent de manière privilégiée les discours et les pratiques répressives, la jeunesse délinquante alarme les bourgeoisies éprises d’ordre moral. Les commentaires successifs et amicaux d’éminents spécialistes de l’histoire de la justice (Robert Jacob, Robert Muchembled, Fred Stevens, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit) qui ponctuent l’ouvrage, actualisent les problématiques et les objets construits par l’historienne belge dans le champ social du pénal moderne et contemporain. Ajoutée à sa proverbiale générosité intellectuelle, la richesse et l’inventivité des recherches de Marie-Sylvie Dupont-Bouchat dépassent largement le titre un peu réducteur (provocateur ?) de Belgique criminelle choisi par les éditeurs scientifiques de ce beau volume d’hommages.

Haut de page

Notes

1 Notamment : Philippe Godding, Michel Foucault, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit, Michael Ignatieff, Robert Roth, Philippe Robert, René Levy, Herman Diederik, Herman Bianchi, Pieter Spierenburg, Arlette Farge, Yves et Nicole Castan, Robert Muchembled, Bernard Schnapper, Jacques Poumarède, Jean-Pierre Royer, Mario Sbriccoli (†), Mario da Passano, Robert Jacob, Fred Stevens, Françoise Tulkens, Michel van de Kerchove, Philippe Gérard, François Ost, Jean Trépanier, Jean-Paul Brodeur, Pierre Landreville, Jean-Marie Fecteau, Danielle Laberge, Alvaro Pires, Colette Parent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Porret, « Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La Belgique criminelle. Droit, justice et société (XIve-XXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 12, n°1 | 2008, 120-121.

Référence électronique

Michel Porret, « Marie-Sylvie Dupont-Bouchat, La Belgique criminelle. Droit, justice et société (XIve-XXe siècles) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 12, n°1 | 2008, mis en ligne le 14 janvier 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/75

Haut de page

Auteur

Michel Porret

Université de Genève, michel.porret@lettres.unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org