Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus / Reviews

Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus en France métropolitaine

Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2007, 356 pp., ISBN 978 27535 0465 3
Xavier De Weirt
p. 155-159
Référence(s) :

Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus en France métropolitaine, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, 2007, 356 pp., ISBN 978 27535 0465 3.

Texte intégral

  • 1  La notion de mineur est décrite par l’auteur dans son introduction. Élise Yvorel tient compte de d (...)

1Issu d’une thèse de doctorat en histoire contemporaine défendue à l’Université de Poitiers, le livre d’Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre, s’offre comme ambition de combler un vide historiographique : la vie quotidienne des mineurs en prison en France métropolitaine entre 1880 et 19801.

2Écrit en pleine effervescence des discours sur la montée de la délinquance juvénile, au centre des polémiques sur les dérives sécuritaires des gouvernements, ce livre vient faire parler l’histoire dans un débat plutôt monopolisé par les juristes, les sociologues, les psychologues et les criminologues. Il vient rappeler que le problème de l’enfermement des ‘cas difficiles’ chez les jeunes n’est pas né ces dix dernières années mais s’ancre bien plus profondément dès les débuts de la prison pénale à la fin du XVIIIe siècle.

3Dans sa méthodologie autant que dans ses sources, Yvorel a le souci d’innover. Son objectif est de parcourir des sentiers peu empruntés, de tracer des saignées dans un monde inconnu, car tant l’histoire des jeunes que celle de la prison restent à écrire pour le XXe siècle français.

4Écrit sur base de nombreux fonds d’archives quasi nullement exploités, l’auteur tente une analyse anthropologique de la réalité sociale des jeunes en prison en confrontant systématiquement analyse du discours et réalité carcérale.

5L’ouvrage, divisé en trois parties et suivant en cela une logique implacable, aborde successivement l’espace, le temps et le corps carcéral, une preuve par trois de l’inadéquation du système d’enfermement des mineurs en France contemporaine.

  • 2  Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2 (...)

6Préfacé par l’une des plus grandes spécialistes françaises de l’histoire carcérale, Michelle Perrot2, Les enfants de l’ombre, est un livre ambitieux. Étudier sur un long XXe siècle la vie quotidienne des jeunes détenus en France métropolitaine implique, en parallèle de l’objet principal, l’étude de nombreuses sous-questions. En effet, le phénomène ‘jeunesse’ et l’objet ‘prison’ évoluent au fil du temps et demandent par là même une compréhension fine des changements politiques, judiciaires, sociaux et économiques. La période 1880 et 1980, est choisie par l’auteur car elle encadre deux uniques commissions d’enquête sur l’inspection des prisons en France et faisant toutes deux référence à la politique d’enfermement des mineurs.

  • 3  Ce souci de délimiter la ‘prison pour mineur’ sert à faire la distinction avec les colonies pénite (...)

7La première partie sert à définir le concept de ‘prison pour mineur’3. Elle décrit, théorie carcérale à l’appui, le panorama pénitentiaire français depuis la fin du XVIIIe siècle, en accentuant les logiques de séparation entre enfants (mineurs pénaux) et adultes. Il s’agit de démontrer la complexité du concept ainsi que les vaines tentatives de recherche d’une prison sans les inconvénients de la prison. Du modèle de la prison moderne de 1791, en passant par l’influence de la philanthropie, l’immobilisme de l’entre-deux-guerres et la réforme Amor de 1945, c’est la dimension spatiale de la vie quotidienne des enfants et adolescents qui nous est ici offerte.

8Denses pour tout ce qui découvre le sujet, les deux premiers chapitres sont pour le moins essentiels et méritent une attention soutenue. L’auteur limite son interprétation des prisons pour mineurs à deux grandes catégories d’établissements. La première constitue les prisons ‘ordinaires’ pour mineurs, formées des quartiers spéciaux pour mineurs au sein des maisons d’arrêt. La deuxième catégorie recense les prisons ‘spécifiques’ pour mineurs, qui tout en en dissimulant le nom, gardent les principales caractéristiques d’une prison ordinaire. Sont étudiées ici : la Petite-Roquette, la Maison d’éducation surveillée (garçons), ainsi que l’École de Préservation (filles) de Fresnes, les Centres spéciaux d’observation de l’éducation surveillée (Fresnes, Baumettes, Saint-Paul), les prisons-écoles (Oermingen, Loos, Doullens) et les Centres pour jeunes détenus (Fleury-Mérogis). Ces établissements, décrits selon leurs spécificités et leur évolution historique, ont abrité un nombre plus ou moins important de mineurs. Ils reflètent le souci de voir les jeunes encadrés, en dehors de tout contact avec les adultes, mixité perçue progressivement comme destructrice. Dès lors, se dessine clairement une hiérarchie entre ces établissements, du pire, le quartier près des maisons d’arrêt, au meilleur, la prison-école. En parallèle, c’est la discrimination dont sont victime les ‘faibles’, qui ressort. Les adolescents, particulièrement ceux condamnés pour menus larcins, et de façon plus nette encore, les jeunes femmes et les filles, sont systématiquement peu pris en compte voire oubliés, et bénéficient des conditions de détention les moins propices à l’amendement.

9Pour illustrer les résultats de ces systèmes d’enfermement, Élise Yvorel pénètre ensuite plus profondément dans l’univers carcéral. Le mineur, localisé au sein de la prison, est engagé dans un système imparable et complexe qui vise à le domestiquer. Cette deuxième partie nous permet de mieux comprendre les mécanismes inhérents à chaque type d’établissement (prisons ‘ordinaires’ et spécifiques pour mineurs) et leurs conséquences pour la population la plus jeune. Le temps carcéral place le détenu devant le vide, l’ennui, le mal-être et toutes les conséquences néfastes qu’engendre l’enfermement. Manger, dormir, occuper son temps pendant la journée. Élise Yvorel pousse ici sa logique de confronter discours des pouvoirs publics et réalité de la détention afin de mettre en relief les échecs d’un système.

10Tant au niveau de la formation professionnelle, de l’instruction ou des loisirs (promenade, éducation physique, bibliothèque), rien ne se passe comme ce que prônent les codes et lois et, si des améliorations sont clairement perceptibles, elles suivent en cela les évolutions du monde libre. Les mineurs en prison ‘ordinaire’, toujours ‘fragilisés’, forment une minorité peu revendicatrice et dès lors négligée par l’administration. C’est la promiscuité entre jeunes et moins jeunes et les discriminations envers les ‘faibles’ (filles, petits délinquants) qui intéressent ici l’auteur. Il fait même partie de ses objectifs principaux de décrire les dysfonctionnements d’une administration pénale peu soucieuse de la qualité d’enfermement de ces jeunes et privilégiant l’économie plutôt que l’humanité dans la gestion de ses prisons.

  • 4  Née en 1945 de la réforme Amor, l’indépendance de l’éducation surveillée entraîne un souci systéma (...)

11La prise en compte depuis 1942 d’un avenir national reposant principalement sur la jeunesse et les réformes apportées par l’indépendance de l’éducation surveillée4 en 1945, impliquent pourtant une série d’innovations en termes d’occupation des détenus (sports, jeux, radios, télévisions) avec une attention particulière envers les plus jeunes. De grands espoirs naissent, mais, à nouveau, faute de moyens matériels et financiers et en dehors de quelques tentatives plus fructueuses, les idéaux s’écrasent face aux exigences de la réalité tant économique que politique et sociale.

12De la réalité socio-carcérale il est à nouveau question dans la troisième partie. Après l’espace et le temps vient le corps carcéral. Élise Yvorel examine alors la souffrance engendrée par le système carcéral sur le corps et l’âme du jeune détenu. En prison, le corps est tout d’abord livré à lui-même, souvent abandonné. De ­l’hygiène à la santé, les détenus ne bénéficient pas des mêmes facilités qu’au sein du monde libre. Par ailleurs, l’univers carcéral se caractérise par une rigidité permanente à l’égard des détenus, garante de la sécurité publique. Son attitude vise à discipliner les jeunes détenus en menant une politique d’avilissement et d’humiliation systématique.

13Cette politique commence dès l’entrée par la froideur des bâtiments ou par des politiques atroces, comme la loi du silence et de l’isolement. Elle passe éventuellement par la violence du corps surveillants et des autres détenus. Dans ces conditions, le corps devient l’unique espace de liberté, à travers lequel le détenu peut s’exprimer. Négligence physique, émeute, suicide, le corps reste le seul instrument d’expression et de ‘résistance’ face à la réalité carcérale. La violence du système engendre ainsi la violence des acteurs. Le vase clos qu’est la prison détruit les repères et, laissant le jeune se mouvoir dans un environnement hostile et brutal, compromet toute chance de réinsertion.

14Que ce soit au niveau de l’espace, du temps ou du corps qui structurent Les enfants de l’ombre, la réforme Amor de 1945 agit comme pivot dans l’évolution du sort des mineurs en prison. Évolution de la doctrine de ‘défense sociale’ de la fin du XIXe et qui perdure pendant tout l’entre-deux-guerres, cette réforme vise à l’amendement du détenu et à sa réinsertion par la formation professionnelle et l’instruction. Que ce soit au niveau des établissements pour mineurs (1ère partie), de l’occupation quotidienne des jeunes détenus (2ème partie), que de la violence du système carcéral envers les mineurs (3ème partie), elle constitue un point de repère manifestement incontournable.

15Les Enfants de l’ombre représente, critique et décrit un système, celui de l’enfermement des mineurs et jeunes adultes en prison. Ceci implique de définir certains concepts et de les étudier en profondeur. Les trois dimensions prises par l’auteur prennent ici tout leur sens et, malgré une quantité d’information pas toujours évidente à prendre de front, semblent répondre à ses principales interrogations.

16En décrivant la réalité sociale de ces mineurs enfermés, Élise Yvorel pose une question fondamentale : « Pourquoi, alors que l’on constate les effets pervers et négatifs de la prison sur les mineurs, continue-t-on à mettre en prison une partie, probablement bien ciblée, de la jeunesse ? ».

17Institution totale, la prison a comme devoir, depuis la fin du XIXe, de réinsérer des individus dans la société, du moins lorsque cela est possible. Les plus jeunes font dès lors progressivement l’objet d’une attention plus grande de la part de l’administration, en raison de leur plus grand potentiel d’amendement et parce qu’ils représentent l’avenir national. Ils sont également plus sensibles aux conditions de détention, qui, même sur de courtes périodes, peuvent avoir des conséquences désastreuses sur leur identité et entraîner un processus de dépersonnalisation souvent fatal et de toute façon peu efficace.

18Élise Yvorel a ouvert un champ d’investigation et éclairé une réalité sociale que les personnes concernées soit ignorent, soit occultent.

19Extrêmement documenté et riche en conclusions, cet ouvrage, innovant et ambitieux, se doit d’être consulté par qui, de près ou de loin, est préoccupé par ce sujet. Il ouvre par ailleurs suffisamment de pistes pour imposer dans l’avenir la formation d’une historiographie conséquente concernant l’enfermement des mineurs et le rôle de la prison à leur égard.

20Enfin, ce livre donnera nombre d’arguments solides à ceux qui perçoivent de nos jours un revirement de la politique pénale à l’égard des jeunes, privilégiant le répressif à l’éducatif.

Haut de page

Notes

1  La notion de mineur est décrite par l’auteur dans son introduction. Élise Yvorel tient compte de deux majorités, légale (jusqu’à 21 ans) et pénale (jusqu’à 18 ans). Elle distingue systématiquement mineurs pénaux (moins de 18 ans à partir de 1906) et jeunes majeurs (de 18 à 21 ans).

2  Michelle Perrot, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion, 2001, 428 pp.

3  Ce souci de délimiter la ‘prison pour mineur’ sert à faire la distinction avec les colonies pénitentiaires ou ‘maisons de correction’, lesquelles, nées au XIXe siècle pour rééduquer des jeunes gravement pervertis, se caractérisaient par un cadre ouvert et axé sur le travail à l’extérieur. La ‘prison pour mineur’ se caractérisant plutôt par des conditions de détention similaires à celles des adultes.

4  Née en 1945 de la réforme Amor, l’indépendance de l’éducation surveillée entraîne un souci systématique envers les conditions de détentions des jeunes. À la place des surveillants, ce sont éducateurs, psychologues et assistants sociaux qui intègrent les établissements spécifiques. Les quartiers pour mineurs ne sont cependant pas du ressort de l’éducation surveillée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier De Weirt, « Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus en France métropolitaine », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 13, n°1 | 2009, 155-159.

Référence électronique

Xavier De Weirt, « Élise Yvorel, Les enfants de l’ombre. La vie quotidienne des jeunes détenus en France métropolitaine », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 13, n°1 | 2009, mis en ligne le 25 mars 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://chs.revues.org/718

Haut de page

Auteur

Xavier De Weirt

UCL - Centre d’histoire du droit et de la justice, Place Blaise-Pascal 1, B-1348 Louvain-la-Neuve, xavier.deweirt@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org