Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus / Reviews

Benoît Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945

Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2008, 388 pp., ISBN 0378 7893 et 978 2 8031 02419.
Jonas Campion
p. 148-150
Référence(s) :

Benoît Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 2008, 388 pp., ISBN 0378 7893 et 978 2 8031 02419.

Texte intégral

1Si l’histoire des polices belges au XIXe siècle commence à sortir de l’ombre (notamment grâce aux travaux de Luc Keunings sur la police bruxelloise, ou ceux d’Axel Tixhon portant sur l’activité de la gendarmerie au prisme des statistiques judiciaires), ses développements au XXe siècle restent largement méconnus. Le paysage policier belge donne l’impression d’une stabilité apparente tout au long du siècle : à la fin de la Première Guerre mondiale, la police judiciaire est instaurée, à côté de la gendarmerie, force militaire d’ampleur nationale, et de la multitude de polices communales, dépendant des pouvoirs locaux. Il faudra attendre 1998, et les suites de l’affaire Dutroux pour que cette structuration évolue considérablement, la police devenant unique, « intégrée à deux niveaux ». Pourtant, la stabilité n’est qu’apparente. Ces trois dernières décennies, le paysage policier belge a été profondément remis en question, suite à divers scandales et dysfonctionnements. Au cœur de ces débats, des problématiques aussi variées que l’autonomie des polices, la coordination entre services, leur efficacité, la modernisation, ou la formation du personnel. En fait, ces questions ne sont pas neuves, elles ont été discutées tout au long du XXe siècle. Par conséquent, il n’est possible de les comprendre que dans une perspective historique.

2Depuis 1914, nombreux sont les soubresauts de l’histoire des polices en ­Belgique. Elle est notamment frappée de plein fouet par la double occupation allemande durant les guerres mondiales, une spécificité belge. Ces occupations constituent des moments cruciaux du développement de l’appareil policier. Aussi, les recherches ont-elles tendance à se concentrer sur ces périodes de crise, pour en évaluer l’impact sur l’organisation et les pratiques policières. Plus particulièrement, se pose la question de la normalité ou au contraire, des spécificités, du travail policier en territoires occupés.

3Issue de sa thèse de doctorat soutenue en 2004 à l’Université Libre de Bruxelles et réalisée dans le cadre d’un projet de recherches du CEGES, cette publication de Benoît Majerus s’inscrit dans ces interrogations. Comme son titre l’indique, elle confronte le travail policier, et ses logiques propres, aux circonstances particulières des occupations militaires. Dans une perspective globale, l’accent est mis sur les continuités et ruptures des pratiques et intérêts que l’on discerne au sein des institutions policières avant, pendant et après les crises. L’angle d’attaque choisi est monographique, par le biais de l’étude de la police communale de Bruxelles. Permettant des développements proches de la micro-histoire, le choix de cette échelle est intéressant. L’analyse se fait ainsi à un niveau humain, où l’articulation entre logiques individuelle et institutionnelle se perçoit clairement. De même, l’intérêt que représente le choix de Bruxelles ne fait que peu de doutes. Tant pour les autorités occupantes que pour les instances occupées, l’enjeu politique et symbolique de la ville est évident. Pourtant, les conclusions sur les pratiques policières et la gestion de l’occupation qui ressortent de cette étude dépassent largement ce seul cadre local.

4À tous les égards, le travail de Benoît Majerus est de grande qualité. Nous aimerions plus particulièrement en relever deux originalités majeures. D’abord, l’auteur considère un croisement diachronique entre les deux occupations subies par la police bruxelloise en un quart de siècle. De cette façon, il met clairement en évidence, alors que la continuité des personnels est évidente, l’influence de la guerre 1914-1918, en matières administrative et policière, sur la préparation, les perceptions et le déroulement de celle de 1940-1945. La première occupation devient ainsi un « phénomène d’apprentissage » de la seconde (10). Une telle démarche devrait être systématiquement adoptée pour qui s’intéresse à la Seconde Guerre mondiale, tant elle permet une appréhension nouvelle de cette dernière. Ensuite, l’auteur adopte la posture d’aborder la compréhension des logiques policières par le biais de dynamiques quotidiennes et non seulement exceptionnelles. Pour chacune des guerres, sont ainsi abordées les questions thématiques de la régulation de la prostitution, du ravitaillement, du rôle de la police comme auxiliaire de la justice allemande, et enfin, de la place de la police dans les appropriations politiques de l’espace urbain, notamment lors des dates symboliques que constituent par exemple la fête nationale (21 juillet), ou la fête du Roi (15 novembre). De cette façon, il sort d’une appréhension des conflits par le seul biais de faits « extraordinaires », et démontre toutes les nuances nécessaires à l’analyse du travail policier en temps de guerre.

5La trame générale du travail est ainsi dessinée. Pour chacune des guerres, un rapide aperçu de l’organisation interne de la police communale met notamment en évidence les effets sur l’institution de la mobilisation, en termes de missions ou de personnels. De même, l’auteur insiste avec raison sur la concurrence policière qui apparaît alors, tant dans le chef des forces occupantes que d’institutions autochtones. Celle-ci oblige à une redéfinition du rôle et de l’appréhension de l’espace public par la police. Les axes thématiques sont ensuite successivement abordés pour chacun des conflits mondiaux, un court chapitre relatif à l’évolution de la police bruxelloise dans l’entre-deux-guerres assurant la transition entre ces deux parties principales. Un « premier temps » (11) de la comparaison s’effectue donc, par la seule juxtaposition chronologique de ces deux conflits. Le véritable travail de croisement fait quant à lui l’objet de la conclusion du livre, particulièrement bien ­charpentée. Logique dans son articulation, le plan adopté permet ainsi de répondre aux objectifs de l’auteur, qui sont notamment de « déceler la typologie de phénomènes similaires dans un régime d’occupation du XXe siècle » (9). La réflexion qui nous est livrée se révèle stimulante à cet égard. Comme l’auteur le reconnaît, ce choix de plan est évidemment discutable. Notamment, ne diminue-t-il pas la part de la comparaison, alors qu’il s’agit là d’un aspect particulièrement novateur des recherches ? Au vu de l’approche thématique caractéristique du propos, n’aurait-il pas été intéressant de systématiser le croisement à ce niveau, dans le corps des recherches ? Le débat, propre à toute démarche comparative, reste bien évidemment ouvert.

6Se situant au carrefour de plusieurs problématiques (histoire de la police, de l’administration, des occupations militaires), la réflexion de Benoît Majerus est largement documentée. Elle offre une synthèse de différentes historiographies nationales (francophone, anglo-saxonne mais aussi germanophone) et mérite, pour cette raison, tout notre intérêt. La même variété raisonnée s’observe au niveau des sources mobilisées. L’essentiel des documents est issu du fonds « police » conservé aux archives de la ville de Bruxelles. Il était jusqu’alors méconnu pour le XXe siècle, et est ainsi mis en valeur. Il importe de souligner la richesse et la variété des documents qui sont utilisés, lesquels offrent une typologie intéressante des archives policières conservées. Des archives judiciaires, militaires, civiles ou politiques, administratives et privées, tant belges qu’allemandes, complètent les lacunes de ce premier ensemble, et offrent des angles d’approches variés pour appréhender les pratiques policières.

7Au final, il est évident que la publication de la thèse de Benoît Majerus comble un vide dans l’historiographie des polices au XXe siècle. Plus exactement, elle offre un cadre solide sur lequel pourront s’appuyer les recherches ultérieures menées en Belgique sur les polices, lesquelles sont bien évidemment nécessaires. Car il serait tout à fait réducteur de se cantonner à cette seule police communale pour une compréhension complète des logiques policières ayant cours à Bruxelles ou dans le pays durant les guerres. Durant la Seconde Guerre, agissent aussi à Bruxelles, des gendarmes et des policiers judiciaires, autant de corps qui sont en contact quotidiennement, ce qui exige du chercheur une approche croisée de leur fonctionnement. De même, le cas d’autres communes mériterait d’être étudié plus en détails pour sortir de la spécificité bruxelloise. Comme l’auteur le remarque justement, les recherches sur ces sujets doivent donc être développées.

8Il importe aussi d’élargir le champ chronologique des recherches menées. Benoît Majerus ne fait ainsi que survoler les sorties de guerre, et les processus menant à la nécessaire réhabilitation de la police communale, après les « accomodations » des occupations. Les logiques policières de ces périodes charnières dans le processus de rétablissement étatique devraient être analysées plus en détails. De même, la richesse des analyses proposées en matière d’évolutions institutionnelles, de dynamiques professionnelles et d’insertion de la police dans la société plaident pour un élargissement de la réflexion aux périodes de paix, pour en interroger l’éventuelle « normalité » par rapport aux guerres.

9Plus largement, cette thèse constitue aussi une illustration particulièrement éclairante des enjeux traversant les occupations militaires. Tout en nuances, sont ainsi mises en lumière les logiques policières, occupantes, occupées et politiques qui cohabitent alors dans l’espace public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jonas Campion, « Benoît Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 13, n°1 | 2009, 148-150.

Référence électronique

Jonas Campion, « Benoît Majerus, Occupations et logiques policières. La police bruxelloise en 1914-1918 et 1940-1945 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 13, n°1 | 2009, mis en ligne le 25 mars 2009, consulté le 23 mai 2017. URL : http://chs.revues.org/710

Haut de page

Auteur

Jonas Campion

Centre d’Histoire du Droit et de la Justice, Université Catholique de Louvain, 10, rue du Poirier, B-1348 Louvain-la-Neuve, jonas.campion@uclouvain.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org