Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus / Reviews

Maria Luddy, Prostitution and Irish Society (1800-1940)

Cambridge, ­Cambridge University Press, 2007, 366 pp., ISBN 978 0 521 70905 7
Christine Machiels
p. 146-148
Référence(s) :

Maria Luddy, Prostitution and Irish Society (1800-1940), Cambridge, ­Cambridge University Press, 2007, 366 pp., ISBN 978 0 521 70905 7.

Texte intégral

1À la croisée entre l’histoire sociale et culturelle et l’histoire du genre et des femmes, Maria Luddy propose une vaste étude sur la prostitution en Irlande de 1800 à 1940. Sans pour autant contourner la difficile question de l’impact des répressions, l’auteure revoit et critique l’idée selon laquelle le contrôle exercé sur l’expression de la sexualité féminine par l’Église et la société irlandaise en général entraîne l’absence de comportements sexuels « libres » (prostitution et relations hors mariage). Inspirée par les travaux antérieurs de Judith Walkowitz, Ruth Rosen, Luise White et Gail Hershatter, M. Luddy interroge une diversité de sources, allant du rapport policier ou judiciaire aux discours moralistes, hygiénistes et militants, en passant par les registres des institutions de relèvement (en particulier les Magdalen asylums).Cette documentation témoigne à de trop rares occasions du quotidien des femmes prostituées, et, à de plus fréquentes reprises, du processus de contrôle social sur cette population marginalisée et rejetée par une société irlandaise « respectable ». Malgré les ambitions de l’auteure telles qu’énoncées en introduction, et en partie à cause des inévitables silences de l’histoire, l’étude porte davantage sur les réponses institutionnelle, religieuse, médicale et philanthropique aux sexualités, considérées à l’époque comme « déviantes », que sur l’expérience prostitutionnelle en soi. Rien d’étonnant à ce relatif déséquilibre : au tournant du siècle, la prostitution devient une question sociale à part entière, non dépourvue d’enjeux politiques, suscitant, certes dans une moindre mesure qu’en Angleterre mais dans le contexte politique et social spécifique de l’Irlande, un foisonnement de réflexions de la part des autorités civiles et militaires, des moralistes, des médecins, mais aussi des suffragistes et des nationalistes. La palette variée de sources, la finesse dans leur critique et leur interprétation, souvent enrichies par des extraits, des tableaux ou des illustrations, constituent les principales qualités de la recherche de M. Luddy.

2La présentation des résultats de son enquête est cependant assez confuse, diluant la problématique centrale dans un exposé fragmenté en six chapitres. Si chacun comporte un intérêt en soi, on regrette néanmoins l’absence de fil conducteur et la timidité des liens entre les différentes parties, constituant autant de facettes d’un sujet d’étude multiforme : la prostitution dans la société irlandaise. M. Luddy mesure d’abord l’ampleur de sa répression tout au long du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle, à partir des statistiques policière, criminelle et judiciaire. Visibilité et risque de contamination (morale ou physique) conditionnent les poursuites policières, sporadiques, à l’égard des prostituées les plus vulnérables, contre lesquelles sont dirigées la plupart des plaintes publiques. Mais quel est le quotidien de ces femmes, souvent ignorées par la société irlandaise, parfois fustigées en périodes de crise morale ? M. Luddy de répondre, dans un second chapitre, par l’étude d’une enquête inédite du journaliste James Greenwood sur The « wrens » of the Curragh (1867), une communauté de femmes qui exercent la prostitution aux alentours du camp militaire. Non sans un certain sentimentalisme, Greenwood décrit leurs conditions difficiles et marginales de vie. Au delà des individus, l’existence collective de ces prostituées constitue une menace pour la communauté locale, qui ne sollicite les autorités civiles et militaires, que quand ces « femmes publiques » sortent de l’ombre, franchissant les limites du « tolérable » à l’égard de la prostitution, tacitement admise dans les villes de garnison.

  • 1  Finnegan F., ‘Do Penance or Perish’: A Study of Magdalen Asylums in Ireland, Piltown, Co. ­Kilkenn (...)

3Si la prostitution appelle de manière ponctuelle une intervention officielle, au nom de la santé ou de l’ordre public, la prise en charge des prostituées proprement dite est confiée à l’initiative philanthropique, souvent religieuse. L’auteure se penche, dans une troisième partie, sur l’histoire des Magdalen asylums, de 1765 à 1940, avec un intérêt tout particulier pour les filles qui s’y trouvent. Les Magdalen asylums ne se préoccupaient pas beaucoup des causes de la prostitution, mais consacraient leur énergie à sauver les « pénitentes » par la prière et le travail de blanchisserie. M. Luddy observe que jusqu’à la fin du XIXe siècle, ces institutions, laïques ou religieuses, dont le but était la réhabilitation des « filles perdues » apparaissaient, pour la majorité des femmes, comme des refuges temporaires, qu’elles intégraient et quittaient librement, plutôt que comme des établissements de réforme. Au cours du XXe siècle, les Magdalen asylums deviennent de moins en moins flexibles à l’égard des femmes dont la sexualité active est perçue comme « suspecte » (prostituées, mères célibataires, « filles légères » ou abusées), envoyées dans les couvents par leur famille, issues d’industrial schools ou de reformatory schools. Il semble évident qu’au début du XXe siècle certaines femmes vivaient dans ces institutions contre leur volonté, mais les sources, manquantes ou inaccessibles, ne permettent pas, selon l’auteure, par ailleurs très critique à l’égard de l’étude de Frances Finnegan1, de conclure sur les conditions de leur « détention ».

4Les femmes qui se prostituent sont considérées, au XIXe siècle, à la fois comme une source de contagion morale et physique. Pour remédier à l’immoralité, des institutions de réformes sont créées par l’initiative privée; quant à la prise en charge de la menace sanitaire, qui fait l’objet du quatrième chapitre, elle revient à l’État, à l’initiative des Lock Hospitals pour le traitement des maladies vénériennes. Au cours des années 1860, l’inquiétude grandissante à l’égard de la santé des soldats suscite l’adoption des Contagious Diseases Acts (1864, 1866 et 1869), qui instaurent l’inspection médicale obligatoire pour les prostituées dans les villes de garnisons en Angleterre et en Irlande. Perçus comme des mesures favorisant l’immoralité, les CDActs sont violemment combattus en Angleterre. Si cette nouvelle réglementation de la prostitution ne suscite pas la même hostilité en Irlande – la plupart répugne à parler ouvertement de sexualité –, quelques personnalités actives dans le mouvement en Irlande, des Quakers surtout, portent la question de la prostitution sur la scène publique.

5La prostitution est discutée au XIXe siècle comme une question sociale et morale, à laquelle s’ajoute une dimension politique au tournant du XXe siècle. M. Luddy y consacre les deux derniers chapitres de son livre. Suffragistes et nationalistes militent ensemble pour que la question de la prostitution soit inscrite à l’agenda politique, sans pour autant partager les mêmes espérances quant à l’issue du débat. À partir de 1912, la peur-panique sur la « traite des blanches » contextualise leurs revendications. La « prostituée » constitue le symbole de l’oppression masculine sur les femmes, pour celles qui revendiquent le droit des femmes à l’autonomie politique; la preuve de l’oppression anglaise sur les Irlandais, selon les nationalistes qui défendent le droit à l’autonomie politique et culturelle. En filigrane, c’est bien de l’idée de « régénération morale », passant par la condamnation du vice chez les hommes pour les premières, chez les soldats anglais en particulier pour les seconds, dont il est question.

  • 2  Gilfoyle (T. J.), Review Essay. Prostitutes in History. From Parables of Pornography to Metaphors (...)

6La « pureté sexuelle et morale » devient centrale dans la définition de l’Irish Free State des années 1920. L’indépendance met fin à la présence des troupes anglaises sur le territoire irlandais. Désormais, l’État et l’Église identifièrent l’autonomie sexuelle des femmes (incarnée par la « prostituée », la « mère célibataire ») comme le principal danger pour la condition morale de la nation. M. Luddy de conclure que ce sont les impératifs politiques et religieux qui justifient une nouvelle fois cette politisation de la sexualité féminine. Au final, l’auteure nous invite, par le détour d’une étude sur l’expression de la sexualité dans la société irlandaise des XIXe et XXe siècles, à juger de la nature de sa répression, empruntant les questionnements et les méthodes d’une historiographie récente pour laquelle la prostitution, comme sujet d’histoire, apparaît, selon Timothy J. Gilfoyle, « as a vehicle not only to explore sexuality and gender but also the evolution of state power and modernity in the nineteenth and twentieth centuries »2.

Haut de page

Notes

1  Finnegan F., ‘Do Penance or Perish’: A Study of Magdalen Asylums in Ireland, Piltown, Co. ­Kilkenny, Congrave Press, 2001; New York, First Oxford University Press, 2004.

2  Gilfoyle (T. J.), Review Essay. Prostitutes in History. From Parables of Pornography to Metaphors of Modernity, The American Historical Review,1999, 104, 1, pp. 140-141.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Machiels, « Maria Luddy, Prostitution and Irish Society (1800-1940) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 13, n°1 | 2009, 146-148.

Référence électronique

Christine Machiels, « Maria Luddy, Prostitution and Irish Society (1800-1940) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 13, n°1 | 2009, mis en ligne le 25 mars 2009, consulté le 29 avril 2017. URL : http://chs.revues.org/707

Haut de page

Auteur

Christine Machiels

Aspirante FRS-FNRS, Centre d’histoire du droit et de la justice, UCL, christine.machiels@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org