Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus / Reviews

Robert J. Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale

Paris, Payot, 2003, 371 pp., ISBN 2 228 897755 8
Benoît Majerus
p. 144-145
Référence(s) :

Robert J. Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, Paris, Payot, 2003, 371 pp., ISBN 2 228 897755 8.

Texte intégral

1Le compte rendu a été écrit au moment où les premières révélations sur les exactions, souvent de connotation sexuelle, commises par des soldats américains apparaissaient dans la presse. Le livre, terminé après les attentats du 11 septembre 2001, est donc d’une actualité brûlante… et dérangeante aux États-Unis. Normalement, les éditeurs français ne se bousculent pas pour publier des ouvrages traduits; or cette fois, la traduction précède l’original qui à ce moment n’est toujours pas sorti de presse.

2Le sociologue et criminologue J. Robert Lilly nous présente un livre qui se trouve à l’intersection de l’histoire des genres et de la justice. Son sujet sont les viols commis par les libérateurs américains en France, en Angleterre et en Allemagne. Il brise l’image du GI souriant et distribuant du chocolat et du chewing-gum en ­montrant une « face cachée » de ces combats. La violence sexuelle et plus particulièrement les viols a longtemps été exclus de l’historiographie, mais connaît depuis une dizaine d’années un intérêt plus prononcé dont la récente thèse de Birgit Beck ayant comme titre Sexuelle Gewalt und Krieg. Geschlecht, Rasse und der nationalsozialistische Vernichtungsfeldzug gegen die Sowjetunion, 1941-1945 est l’aboutissement le plus réussi.

3Le livre de Gilly est divisé en cinq chapitres. Le premier est consacré aux viols en temps de guerre. Il s’agit en fait d’une longue introduction critique qui a comme but de présenter la discussion autour ‘des viols en temps de guerre’. Les trois chapitres suivants sont successivement consacrés à l’Angleterre, la France et l’Allemagne. En extrapolant les chiffres dont il dispose, Robert Lilly avance le chiffre de 17 080 viols commis par les GI’s dont 64 % en Allemagne, 22 % en France et 14 % en Angleterre. À travers ces pages apparaissent aussi une autre lecture de l’auteur : celle des taux de condamnations différents selon la couleur de la peau de l’incriminé. Malgré leur plus faible présence dans les troupes américaines, les Noirs représentent de loin le groupe le plus sévèrement puni. Finalement, la dernière partie du livre présente – tardivement – l’institution qui produit les archives de l’auteur, à savoir la justice militaire et plus particulièrement le Bureau du rapporteur général pour l’armée américaine.

  • 1  Horne, J., Kramer, A., German Atrocities 1914. A History of Denial, Londres, Yale University Press (...)

4Le livre qui aborde donc un sujet important avec des sources à première vue intéressantes déçoit cependant à plusieurs niveaux. D’abord, l’auteur ne réussit pas à intégrer les trois approches choisies – celle du genre, celle de la justice et celle des relations entre Blancs et Noirs – dans un récit cohérent. Sur aucun des trois sujets la bibliographie est fournie, ce qui se ressent fréquemment. L’absence de problématisation conduit souvent à une simple mise en récit des cas découverts. Troisièmement, le contexte socio-historique dans lequel vivent les soldats est rarement décrit. Lorsque l’auteur affirme que « certaines unités on pu comporter un nombre particulièrement élevé de violeurs » (249), il touche à un problème central qu’il ne développe cependant pas. Dans leur étude sur les atrocités allemandes en Belgique et au Nord de la France en 1914, Kramer et Horne ont montré l’importance d’une description dense de la situation militaire des unités de soldats pour expliquer les explosions de violence1. Finalement, l’utilisation des chiffres pose un problème méthodologique : parler de pourcentage lorsque l’effectif total est de 36 unités (205) semble peu concluant; d’autres graphiques sont même incompréhensibles (255). L’ouvrage aborde donc un sujet intéressant, mais les résultats ne sont pas à la hauteur des attentes.

Haut de page

Notes

1  Horne, J., Kramer, A., German Atrocities 1914. A History of Denial, Londres, Yale University Press, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Majerus, « Robert J. Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 13, n°1 | 2009, 144-145.

Référence électronique

Benoît Majerus, « Robert J. Lilly, La face cachée des GI’s. Les viols commis par des soldats américains en France, en Angleterre et en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 13, n°1 | 2009, mis en ligne le 29 avril 2009, consulté le 30 septembre 2014. URL : http://chs.revues.org/705

Haut de page

Auteur

Benoît Majerus

(CEGES), Université Libre de Bruxelles, bmajerus@ulb.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org