Navigation – Plan du site
Forum
Comptes rendus / Reviews

Éric Hestault, La lieutenance de Maréchaussée de Nantes (1770-1791)

Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2002, 488 pp., ISBN 2 11 092351 2
Nicole Dyonet
p. 113-114
Référence(s) :

Éric Hestault, La lieutenance de Maréchaussée de Nantes (1770-1791), Maisons-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2002, 488 pp., ISBN 2 11 092351 2.

Texte intégral

1Cette étude est la reprise amplifiée du mémoire de maîtrise d’Éric Hestault couronné par la Société d’archéologie et historique de Nantes et de Loire atlantique ainsi que par l’Institut des hautes études sur la sécurité intérieure. Bien informé, son auteur a puisé dans toutes les sources attendues dans ce genre de recherche : celles du Service historique de l’armée de terre, des Archives nationales. Plus particulier est le recours à un nombre important de dépôts d’archives départementales (Loire-Atlantique; Sarthe; Ardennes; Seine-Maritime; Maine-et-Loire; Gironde) et aux archives municipales de Montreuil-sur-Mer ou de Nantes. Cette dispersion géograhique tient au parti pris pour conduire cette enquête. Éric Hestault a constaté que pour des raisons qui tiennent à la structure même de la maréchaussée au XVIIIe siècle, « il est plus aisé de connaître le simple soldat que l’officier » (p. 107), ce qui a déterminé les 3 caractères de sa méthode. Une large part faite à la situation des cavaliers, issus pour la plupart de régions plus ou moins éloignées de la circonscription de la lieutenance, qui exigeait du chercheur des déplacements et des recherches extra-régionales. Un dépouillement systématique des contrôles de la maréchaussée qui apparentent ce travail à ceux d’A. Corvisier et de J. Chagniot. Une mise en évidence des relations qu’entretiennent, au quotidien, ces simples soldats avec la population dont ils sont socialement plus proches que les officiers.

2La démarche permet, entre autres choses, de montrer l’écart possible entre les instructions officielles abondantes et parfois d’une précision méticuleuse et la réalité des applications sur le terrain, là où le personnel de la maréchaussée a directement affaire à la bonne ou mauvaise volonté des habitants.

3La tranche chronologique choisie s’y prête particulièrement. Entre 1770 et 1791 (date de l’extinction officielle de la maréchaussée), les grandes réformes commencées en 1720 (1720, 1768-769, 1778 pour s’en tenir aux principales), cumulent leurs effets et la maréchaussée trouve sous Louis XVI ses caractéristiques les plus durables : militarisation de tous ses éléments, amélioration de son appareil administratif, renforcement de la fonction judiciaire et de police, indissociable sous l’Ancien Régime de la notion d’ordre public.

4La partie la plus neuve de l’ouvrage réside donc dans la connaissance du personnel de base : les cavaliers. Dans la lieutenance de Nantes, ils sont grands (très peu ont moins des 5 pieds 4 pouces réglementaires), dans la force de l’âge (entre 38 et 42 ans pour les 3/4). Ils ne sont pas pauvres lorsqu’ils entrent dans la maréchaussée. Anciens militaires en général (seuls 20 ne le sont pas), ils doivent savoir lire et écrire (il y a des exceptions mais elles sont rares) et surtout être capables de pourvoir aux frais exigés au moment de leur recrutement (achat d’un cheval, de son harnachement, versement pour la masse, etc.). Une fois recrutés, ils jouissent de quelques avantages et privilèges, ils sont dédommagés pour leurs frais de logement à défaut d’être casernés mais il est vrai qu’autorisés à se marier, leur solde, peut-être suffisante pour pourvoir aux besoins d’une seule personne, ne suffit pas à nourrir toute une famille. Cette position dans la société, les missions qui sont les leurs, les conduisent à entretenir des relations suivies sinon étroites avec la population civile pour deux sortes de raisons.

5Économiques : à la recherche d’un complément de ressource ils exercent, malgré les interdictions des règlements, des activités parallèles et plus ou moins lucratives. Leurs épouses peuvent tenir avec eux, un cabaret, une auberge, et, l’un aidant l’autre, assurer, des travaux divers. Professionnelles : le service plus exactement territorialisé, les contraint à l’occasion des tournées, des visites d’auberges et de la surveillance des foires, à des échanges avec la population qui, mise en confiance, doit leur fournir les informations dont ils ont besoin et dont ils se servent éventuellement dans leurs rapports.

6Sur ce thème la précision des analyses permet à l’auteur de rectifier des affirmations soutenues par P. Goubert (in l’Ancien Régime) ou Emmanuel Leroy Ladurie (in La France rurale tome II, chapitre intitulé Violence, délinquance, contestation) à une époque (les années 1965-1975) où les études peu avancées sur la délinquance et surtout sur les institutions juridico-policières au début de leur développement, avaient donné lieu à des hypothèses un peu rapides. Le travail d’Éric Hestault contribue ainsi à faire prendre conscience du chemin parcouru depuis 30 ans dans ces deux domaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Dyonet, « Éric Hestault, La lieutenance de Maréchaussée de Nantes (1770-1791) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 8, n°1 | 2004, 113-114.

Référence électronique

Nicole Dyonet, « Éric Hestault, La lieutenance de Maréchaussée de Nantes (1770-1791) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 8, n°1 | 2004, mis en ligne le 20 février 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/525

Haut de page

Auteur

Nicole Dyonet

Université d’Orléans, nicole.dyonet@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org