Navigation – Plan du site
Informations diverses

Colloque international : Trente ans après Surveiller et punir de Michel Foucault : repenser le droit de punir

(Genève, 23-25 février 2006)
p. 159-160

Notes de la rédaction

International Association for the History of Crime and Criminal Justice (IAHCCJ) – UNIVERSITÉ DE GENÈVE – Faculté des Lettres (Département d’Histoire générale) – Faculté de Droit (Département de droit pénal, Département d’histoire du droit) – Groupe d’études d’histoire moderne et contemporaine (GEHMC).

En 1971, Michel Foucault fonde avec Jean-Marie Domenach et Pierre Vidal-Naquet le Groupe d’information sur les prisons (G.I.P.). Il s’agit de répondre à la crise carcérale du temps qui défigure l’État de droit. En 1975, il publie Surveiller et punir. Naissance de la prison. Chez Foucault, l’engagement politique nourrit ainsi le travail intellectuel qui en retour vitalise l’engagement politique. Selon des sources normatives qui placent l’intention punitive avant les pratiques du droit de punir, le philosophe repense l’histoire de la pénalité classique. Depuis trente ans, l’apport de Surveiller et punir a été considérable dans la manière d’écrire, de réécrire et de penser l’histoire du droit de punir dans ses liens avec le crime, l’homo criminalis, la société, la criminologie et les institutions pénales. Les historiens n’ont cessé de penser sa méthode « philosophique » éloignée des sources de la pratique et marquée par une épistémologie de la rupture dans l’histoire du droit de punir moderne -la révolution comme fin de l’Ancien Régime et la prison « naissante » comme fin du régime suppliciaire. Par l’éclat de sa poétique narrative et par l’usage excessif de la voix impersonnelle (« on ») qui fait parler l’auteur de partout et donc de nulle part, l’ouvrage en a hélas occulté d’autres plus concrets sur la prison. En stimulant les recherches, il a entraîné l’enquête minutieuse dans les sources judiciaires pour écrire l’histoire sociale, institutionnelle et intellectuelle de régime suppliciaire puis carcéral.

La recherche et l’historiographie contemporaines sur l’histoire des délits et des peines font écho à la réflexion de Michel Foucault sur les « quatre grandes formes de tactique punitive » qui existent depuis l’Antiquité. Il est pourtant resté quasi-silencieux sur la forme suprême de la société punitive que l’état totalitaire institutionnalise dans le régime concentrationnaire du camp. Innombrables sont aujourd’hui les études (thèses, monographies, synthèses, articles, mémoires de licence et de maîtrise, projets de recherches, enquêtes d’histoire orale en milieu policier, judiciaire ou carcéral, etc.) que marque Surveiller et punir. Par ailleurs, la prison – institution punitive qui constitue dès le début du XIXe siècle le « revers sombre et obligatoire » du contrat social – ne cesse d’être en crise sur le plan de son fonctionnement, de ses valeurs « correctives » et sur celui de sa représentation sociale. Contre le positivisme juridique et sa conception de l’État de droit, Michel Foucault pense de manière critique l’histoire et l’actualité du droit de punir que ce colloque abordera 30 ans après Surveiller et punir. Adressé aux historiens, philosophes et praticiens pénalistes, le colloque de Genève interrogera de façon interdisciplinaire l’apport intellectuel de Michel Foucault dans deux domaines :

I. Histoire sociale, politique, juridique institutionnelle et culturelle, ainsi qu historiographie du crime et du droit de punir.

II. Philosophie et pratique contemporaine du droit de punir.

Ce colloque veut ainsi nourrir la réflexion contemporaine sur la généalogie, la motivation, la doctrine et le fonctionnement des normes pénales de l’état de droit. En outre, il permettra de mesurer la dimension anticipatrice de la pensée de Michel Foucault sur la genèse et la réalité d’une société sécuritaire (ou de surveillance générale) qui en Europe et aux États-Unis s’est maintenant banalisée. En réunissant les spécialistes du pénal autour de Surveiller et punir, ce colloque veut contribuer au débat actuel sur le « sens de la peine » dans notre société démocratique.

Comité organisateur : Pierre Lascoumes (Sciences Po., Paris/CNRS), Pierrette Poncela (Uni. Paris X/Nanterre), Robert Roth (Uni. de Genève), Christian-Nils Robert (Uni. de Genève), Michel Porret, (Uni. de Genève), Xavier Rousseaux (Uni. catholique de Louvain).

Assistance : Fabrice Brandl/Françoise Briegel/Marco Cicchini (Uni. de Genève).

Comité scientifique : Philippe Artières (CNRS/Paris), Frédéric Chauvaud (Uni. de Poitiers), Christoph Conrad (Uni. de Genève), Clive Emsley (Open University), Jean-Claude Farcy (CNRS-Uni. de Bourgogne), Benoît Garnot (Uni. de Bourgogne), Christian Grosse (Uni. de Genève), Dominique Kalifa (Uni. Paris I-Sorbonne), René Lévy (CESDIP/CNRS), Vincent Milliot (Uni. de Caen), Alessandro Pastore (Uni. de Vérone), Michelle Perrot (Uni. Denis Diderot), Jacques-Guy Petit (Uni. d’Angers), Mario Sbriccoli (Uni. de Macerata), Jim Sharpe (York Uni.); Pieter Spierenburg (Erasmus Uni.), Bénédict Winiger (Uni. de Genève).

Secrétariat : Colloque 30 ans après Surveiller et punir : Université de Genève, Faculté des Lettres, Département d’Histoire générale, Uni Bastions, 3 rue de Candolle, CH-1211 Genève 4. Tél. :+41(0)22/379.73.71; Fax :+41(0)22/379.73.71.

Inscriptions: fabrice.brandli@lettres.unige.ch; marco.cicchini@lettres.unige.ch; michel.porret@lettres.unige.ch

  • Revues.org