Navigation – Plan du site
Comptes rendus / Reviews

Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat (dir.), Éduquer et punir. La Colonie agricole et pénitentiaire de Metray (1839-1937)

256 pp. (24 planches d’illustrations hors texte), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, ISBN 2 86847 133 5.
Michel Porret
p. 149-150
Référence(s) :

Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat (dir.), Éduquer et punir. La Colonie agricole et pénitentiaire de Metray (1839-1937), 256 pp. (24 planches d’illustrations hors texte), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2005, ISBN 2 86847 133 5.

Texte intégral

1Occasionnelle ou répétitive, la « délinquance juvénile » est un problème ancien. Il met à l’épreuve les institutions répressives, celles du contrôle social, tout en nourissant une importante réflexion morale et sociale sur la causalité de la « délinquance juvénile » que la criminologie veut « objectiver » en la quantifiant. Dès la Restauration, le débat public sur cet objet (enfance délinquante, enfance dangereuse) occupe les philanthropes, les moralistes, les magistrats et les pénalistes, bien que les publications sur le sujet paraissent dès la fin du Second Empire et se multiplient sous la IIIe République. Au siècle de la « question sociale » que Sismondi et Marx évaluent en termes économiques, le débat condense deux problématiques : les liens entre paupérisme et délinquance juvénile; les « voies correctives » pour sortir le mineur de l’engrenage récidivant. Ce livre collectif réunit dix-sept auteurs (historiens, littéraire, philosophe, enseignants, spécialiste de la Protection judiciaire de la Jeunesse, archiviste, etc.) pour penser la délinquance juvénile en donnant sens et mémoire à la Colonie agricole de Mettray (Touraine). Entre 1839 et 1937, l’institution « redresse » 17 000 délinquants âgés de 6 à 21 ans (voleurs, vagabonds, orphelins). Parmi eux, Jean Genet, détenu 30 mois, du 2 septembre 1926 au 1er mars 1929 (cf. son roman : Miracle de la rose, 1946).

2Genèse et déclin des colonies pénitentiaires au XIXe siècle, exemplarité de Mettray comme l’institution d’« éducation correctionnelle », libéralisme des membres fondateurs (magistrats, financiers, aristocratie, ecclésiastiques, militaires, notables scientifiques, ministres), formation des éducateurs, éducation des détenus (instruction élémentaire, éducation physique et morale, formation professionnelle), personnel et architecture de la colonie, travail agricole, représentation littéraire et imagerie noire suite au « scandale de Mettray » en 1909 (« bagne pour enfants »), séjour de Jean Genet, « modèle carcéral » pour Michel Foucault, Mettray dans le réseau européen de l’éducation surveillée : autour de ces thématiques traitées inégalement (parfois hâtivement sur le plan rédactionnel), l’enquête offre une histoire institutionnelle, intellectuelle, sociale et culturelle de la colonie agricole. Dès 1839, né du paternalisme des 59 membres fondateurs (« Société Paternelle ») réunis à Paris chez le juge Frédéric-Auguste Demetz, l’établissement répondra à l’échec avéré de la prison, école de la récidive criminelle. Avec la « colonie agricole » et le « patronage des jeunes détenus », Mettray institutionnalise avec paternalisme le libéralisme carcéral et pénal de la monarchie de Juillet dans un établissement spécial pour les enfants délinquants à l’instar du quartier spécialisé de la Petite Roquette (Paris). Comme le propose notamment Charles Lucas, partisan d’une pénalité corrective et éducative, la prison séparera les criminels endurcis (adultes) des délinquants mineurs qui peuvent être redressés puis socialement réinsérés.

3Éducation, formation, rédemption par la nature, patronage moral des jeunes libérés contre la récidive : cette économie punitive place Metray au pinacle des établissements modèles que légalise la loi du 5 août 1850 (colonies agricoles). Hors de la « ville corruptrice », la prison sans mur au milieu des champs régénèrera dans le travail le délinquant juvénile issu des classes dangereuses (laborieuses) et paupérisées. Or, le modèle initial d’établissement correctif en milieu ouvert s’effrite lentement face aux pratiques carcérales qui triomphent vers 1900. Sous la IIIe République, la crue des colonies pénitentiaires multiplie les effectifs en dégradant les conditions de détention et la formation du personnel. Pire, la culture pénitentiaire impose ses normes disciplinaires : dressage corporel, soumission, violence, cachot, etc. Selon Jean-Jacques Yvorel (introduction), la colonie agricole devient un « bagne d’enfant » où l’on se tue par désespoir, car on ne veut pas affronter la question de la misère des plus démunis. Au nom du progrès, l’idéal correctif tourne à l’usage répressif pour la « défense sociale républicaine ». Entre 1918 et 1937, Mettray devient l’antichambre du « régiment disciplinaire », la « propédeutique » du bagne ou de la centrale criminogène. Il reviendra à l’Ordonnance de 1945 de créer au sein du ministère de la Justice la « direction de l’Éducation surveillée », détachée de l’Administration pénitentiaire. Si l’esprit de la loi est éducatif contre la criminalisation de la délinquance juvénile, les moyens manquent, notamment au Centre Spécial d’Observation de l’Éducation surveillée de Fresnes… installé en milieu carcéral.

4L’histoire de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray signale l’échec du réformisme carcéral issu du philanthropisme paternaliste d’après la Révolution. Comme l’a notamment affirmé Michel Foucault (Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, 1975), pour adultes ou pour mineurs, la prison échoue dès sa généralisation à l’aube du XIXe siècle. Ses objectifs répressifs et ses moyens financiers ne correspondent pas à l’idéal carcéral de l’État de droit – neutralisation sociale plutôt qu’expiation, réinsertion plutôt que récidive. Sans le dire, l’enquête collective sur Mattray pose un problème crucial pour notre société démocratique déboussolée, où le retour de l’ordre moral et de l’autorité répressive se dressent face à la violence sociale : l’État choisira entre le « traitement socio-éducatif » et l’approche « carcéralo-pénale » de la déviance juvénile. Éducation ou répression ? Ce choix politique importe, d’une certaine manière, pour l’avenir même des institutions démocratiques du contrôle social de la délinquance. Sur ce plan, le livre reste précieux car il historicise dans la plus longue durée certaines peurs contemporaines face à la délinquance juvénile.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Porret, « Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat (dir.), Éduquer et punir. La Colonie agricole et pénitentiaire de Metray (1839-1937) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 11, n°1 | 2007, 149-150.

Référence électronique

Michel Porret, « Luc Forlivesi, Georges-François Pottier, Sophie Chassat (dir.), Éduquer et punir. La Colonie agricole et pénitentiaire de Metray (1839-1937) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 11, n°1 | 2007, mis en ligne le 19 janvier 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/172

Haut de page

Auteur

Michel Porret

Université de Genève, Département d’Histoire, Rue Saint-Ours 5, CH-1205 Genève, michel.porret@lettres.unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org