Navigation – Plan du site
Police et Ordre public en France et en Angleterre (1750-1850). Les perspectives de l'historiographie contemporaine

Un système policier impérial ? Le commissaire général et la police municipale d’Anvers (1808-1814)

Antoine Renglet

Résumés

Entre 1808 et 1814, Jean-François Bellemare exerce la fonction de commissaire général de police à Anvers. Selon les dispositions légales, il est chargé de missions de police générale telles que la délivrance des passeports, la répression du vagabondage, la police des théâtres, etc., et doit également contrôler la police municipale, à savoir la surveillance de la voirie, le contrôle des marchandises mises en ventes, etc. Grâce aux nombreux documents conservés dans la sous-série F7 du ministère de la Police à Paris, ses activités dans les départements des côtes de la mer du Nord sont bien connues mais ne donnent qu’un aperçu partiel du système policier qu’il a diligenté. Cet article analyse l’utilisation de la police municipale d’Anvers par le commissaire général. À partir des archives de la mairie d’Anvers et de la correspondance de Bellemare conservée à Paris, il est possible d’évaluer le fonctionnement du système policier impérial dans la ville portuaire et d’en relativiser l’homogénéité, l’omnipotence et l’omniscience qui a longtemps fait sa réputation.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

Les acteurs de la police anversoise
Les relations du commissaire général avec les policiers et les autorités anversoises
Les domaines d’intervention du commissaire général dans la police municipale

Aperçu du texte

« Le ministère anglais a établi à Anvers le centre de la contrebande. C’est à cette ville qu’aboutit presque toute la correspondance relative à l’introduction des marchandises anglaises et, quelques fois, à des projets plus criminels encore […]. Il est important d’établir sur ces points une surveillance proportionnée aux moyens que l’ennemi peut y trouver ».

Dans les mois qui suivent ce rapport alarmant que Fouché adresse le 30 janvier 1808 à Napoléon, le système policier qui préexiste à Anvers est bousculé par l’arrivée d’un commissaire général de police, Jean-François Bellemare.

S’il est un policier des départements réunis dont l’historiographie s’est délectée des écrits les plus acerbes les uns que les autres, au point de réduire parfois la police napoléonienne à sa seule personnalité, c’est bien lui. Lanzac de Laborie est le premier à s’être penché sur ce personnage pour le moins sulfureux en lui dressant un portrait peu élogieux. Parmi les historiens qui se sont inscrits dans son...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Renglet, « Un système policier impérial ? Le commissaire général et la police municipale d’Anvers (1808-1814) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 20, n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://chs.revues.org/1643 ; DOI : 10.4000/chs.1643

Haut de page

Auteur

Antoine Renglet

Docteur en histoire des universités de Lille 3 et de Namur. Il a soutenu en janvier 2016 une thèse intitulée : Des polices en quête de modernité ? Systèmes policiers et ordre public dans les ville de l’espace belge de la fin de l’Ancien Régime à la fin de l’Empire napoléonien (1780-1814), sous la direction de Catherine Denys et d’Axel Tixhon. En 2014, il a été chercheur invité au Center for the Study of Law and Society à l’Université de Californie à Berkeley. Il a notamment publié : « Les comités de surveillance et l’occupation du Brabant, 1794-1795 » dans les Annales historiques de la Révolution française, vol. 368, 2012, p. 105-128 et (avec Axel Tixhon) Un commissaire de police à Namur sous Napoléon. Le registre de Mathieu de Nantes (10 vendémiaire an XIII-28 août 1807), Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, 2013 - antoine.renglet@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org