Navigation – Plan du site
Police et Ordre public en France et en Angleterre (1750-1850). Les perspectives de l'historiographie contemporaine

The Napoleonic Gendarmerie. The state on the periphery made real

Michael Broers

Résumés

Cet article examine le fonctionnement de la gendarmerie française dans les territoires occupés durant les guerres napoléoniennes. En s’appuyant sur les écrits de deux des premiers commandants de la gendarmerie chargés de l’organiser dans la péninsule italienne et en Rhénanie , l’article montre que la gendarmerie était conçue par ses officiers supérieurs à la fois comme une force coloniale et comme une force porteuse d’une mission civilisatrice visant à répandre les institutions et les idéaux français. Ces textes révèlent également la complexité et la polyvalence de la gendarmerie qui englobait la lutte contre la criminalité – en particulier le brigandage –ainsi que la pacification des populations locales. Les relations avec ces dernières conduisaient du reste à des conflits entre les commandants – soucieux de maintenir une distance entre la gendarmerie et les populations visées – et les gendarmes pris individuellement – qui développaient des liens personnels avec elles et, dans de nombreux cas, s’intégraient et se mariaient localement. La mission civilisatrice s’appliquait non seulement aux territoires occupés mais aussi aux régions de France perçues comme attardées et insuffisamment contrôlées par Paris, de sorte que la gendarmerie est devenue un important instrument d’intégration nationale et impériale.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

An instrument of colonisation?
The Gendarmerie in action
Conclusion

Aperçu du texte

The Gendarmerie was the proto-type for all the para-military police forces of modern Europe from 1814 onwards, as Clive Emsley has demonstrated in his wide-ranging study. The Piedmontese – subsequently Italian – Carabinieri Reale and the Gendarmerie of the Kingdom of the Netherlands are its direct descendants, as were the police forces of the states of the Confederation of the Rhine; the Spanish Guardia Civil and the Royal Irish Constabulary were among its more furtive, but also most scrupulous imitators. Its sheer presence in the European countryside, disseminated as it was in six-man brigades in every canton of the imperial departments and, through its sister-services, in those of the satellite kingdoms, marked a genuine revolution in the nature of the state in Europe. The fundamental changes the physical presence of this corps wrought in the relationship of the rural periphery to the state in Europe cannot be underestimated, although it is too often neglected in general histories...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Broers, « The Napoleonic Gendarmerie. The state on the periphery made real », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 20, n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/1641 ; DOI : 10.4000/chs.1641

Haut de page

Auteur

Michael Broers

Fellow at Lady Margaret Hall (University of Oxford). His major research interests are in Italian and French history in the 18th and 19th centuries, particularly the Napoleonic period. He is interested in the application of theories of cultural imperialism to European contexts in the Revolutionary-Napoleonic period, and in the relationship of regionalism and popular Catholicism to modern state-building - michael.broers@lmh.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org