Navigation – Plan du site
Police et Ordre public en France et en Angleterre (1750-1850). Les perspectives de l'historiographie contemporaine

Police et ordre public dans les rues du Paris révolutionnaire : les sections des Arcis et du Louvre en 1791

Vincent Denis

Résumés

Cet article revient sur le fonctionnement de la police de Paris en 1791, une période relativement mal connue. Il a pour observatoire le travail des commissaires de police dans deux sections du centre de la capitale, les sections du Louvre et des Arcis. L’article examine le nouveau cadre institutionnel, politique et social dans lesquels évoluent désormais les commissaires de police des sections, alors que les institutions policières de la monarchie d’ancien régime ont enfin disparu. La présentation des différents acteurs qui contribuent au maintien de l’ordre à leurs côtés montre un rapprochement effectif entre la police et la communauté locale, plus étroitement associée à leur activité. Cependant, les contestations de l’autorité des commissaires sont constantes, et ceux-ci doivent sans cesse réaffirmer leurs prérogatives, dans une situation qui reste instable. Les nouveaux commissaires ont perdu le prestige et les pouvoirs des commissaires au Châtelet d’avant 1789 mais ils savent utiliser leurs pouvoirs limités. La crise politique du printemps et de l’été 1791 révèle la fracture au sein du maintien de l’ordre, entre les commissaires et la Garde nationale. À l’interprétation politique de cette fracture, on peut ajouter une interprétation en termes de structures policières, celle d’un écart entre le « community policing » des commissaires et la transformation de la Garde nationale en force militaire centralisée.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

Une nouvelle police pour les sections
La toile de la police
L’art de policer
En quête de respect : autorité et résistance dans le travail policier
Policer en révolution. Les continuités structurelles avec l’Ancien Régime
Crise politique ou crise du maintien de l’ordre ?

Aperçu du texte

Si la justice issue de la Révolution française a suscité depuis le Bicentenaire la curiosité des historiens, la police reste bien moins explorée. Sans doute l’attention portée au militantisme et aux mouvements populaires, le caractère parfois insaisissable d’un objet devenu coextensif au gouvernement révolutionnaire, l’affolante succession des réformes, la légende noire comme les excès de la Terreur expliquent une focalisation ancienne sur la police politique et la prédominance d’une approche institutionnelle. La police de la capitale en particulier, en dépit de son caractère central dans l’historiographie de la Révolution, jusqu’à une époque récente, et malgré des études pionnières, reste bien moins exploitée que celle des lieutenants généraux de la monarchie ou des préfets de police du dix-neuvième siècle. Le développement de l’histoire des polices sous l’Ancien Régime permet d’aborder sous un autre angle que celui de l’histoire politique de la Révolution française les structures ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Denis, « Police et ordre public dans les rues du Paris révolutionnaire : les sections des Arcis et du Louvre en 1791 », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 20, n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 24 mars 2017. URL : http://chs.revues.org/1640 ; DOI : 10.4000/chs.1640

Haut de page

Auteur

Vincent Denis

Maître de conférences en histoire moderne à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, chercheur à l’Institut d’Histoire Moderne et Contemporaine (CNRS-ENS-Paris 1). Il est membre de l’Institut Universitaire de France depuis 2012. Il dirige actuellement le programme de recherche de l’ANR « SYSPOE - European Police Systems, 18th-19th century » (ANR BSHS-2012). Ses travaux portent sur les pratiques d’identification à l’époque moderne et au XIXe siècle, ainsi que sur la police en France. Il a publié Une histoire de l’identité. France, 1715-1815 (Champvallon, 2008), Histoire de l’identification des personnes du Moyen Âge à nos jours (La Découverte, 2010, en collaboration avec Ilsen About). Il a également dirigé Ordre public et révolution (S.E.R., 2010, en collaboration avec Bernard Gainot) et Polices d’Empires : les polices coloniales, XVIIIe-XIXe siècles (Presses Universitaires de Rennes, 2011, en collaboration avec Catherine Denys). Il prépare une histoire des policiers de Paris de 1789 à 1799. Vincent.Denis@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org