Navigation – Plan du site
Articles
Herman Diederiks Prize / Prix Herman Diederiks

Révoltes carcérales, maintien de l’ordre et transition démocratique en Afrique du Sud (1976-1994)

Natacha Filippi

Résumés

La transition démocratique sud-africaine a été marquée par des mobilisations importantes en prison, qui ont culminé lors de deux vagues de révoltes en 1994. Ces insurrections étaient caractérisées par des formes de solidarité transcendant les catégories habituelles. Cet article retrace, depuis les années 1970, les processus de criminalisation et de subjectivation politique des prisonniers de droit commun ainsi que l’évolution des techniques de répression déployées par les forces de l’ordre, qui ont mené aux révoltes. Celles-ci ont révélé de quelle façon les mécanismes de maintien de l’ordre et de contrôle social avaient façonné la société de l’apartheid, et pourquoi ils devaient faire l’objet d’une véritable refonte en vue de construire une société post-transition.

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2019.

Plan

Révoltes, subjectivités et techniques de maintien de l’ordre
Apartheid et incarcération massive
Forces de sécurité et violences étatiques
Entre réforme et répression, résistance et collaboration
De nouveaux acteurs historiques
Amnisties, boycotts et grèves de la faim
Les prisons en révolte
Conclusion  : subjectivité politique et répression

Aperçu du texte

En 1994, les premières élections démocratiques multiraciales de l’Afrique du Sud ont marqué de manière définitive la chute du régime d’apartheid. Pendant presque cinquante ans, le Parti national (National Party) au pouvoir avait mis en place un système de ségrégation largement fondé sur la répression des populations désignées comme «  non-blanches ». Suite à une tumultueuse transition démocratique lors de la première moitié des années 1990, deux vagues de révoltes ont ébranlé les prisons du pays en 1994, dans une tentative de placer le contrôle social et l’enfermement au centre du débat sur la construction d’une nouvelle société sud-africaine. Les revendications des prisonniers étaient nombreuses. Elles concernaient les conditions de détention, la lutte contre la ségrégation raciale persistante, la transformation du système judiciaire, la réforme des mécanismes de libération conditionnelle ainsi que l’accord du droit de vote lors des élections d’avril 1994. Comme dans d’autres socié...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natacha Filippi, « Révoltes carcérales, maintien de l’ordre et transition démocratique en Afrique du Sud (1976-1994) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 20, n°1 | 2016, mis en ligne le 01 mai 2019, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://chs.revues.org/1634 ; DOI : 10.4000/chs.1634

Haut de page

Auteur

Natacha Filippi

Attachée de recherche, History Workshop, Université de Witwatersrand  ; Publications  : «  Madness and Punishment during Apartheid : Insane, Political and Common-Law Prisoners in the Western Cape », in Fargione, D. et Sunley, J. (eds.), Merely a Madness ? Defining, Treating and Celebrating the Unreasonable, Oxford, Inter-Disciplinary Press, 2013  ; Brûler les prisons de l’apartheid, Paris, Syllepse, 2012.  ; « Deviance, Punishment and Logics of Subjectification during Apartheid : Insane, Political and Common-Law Prisoners in a South African Goal», Journal of Southern African Studies, 2011, 373, p. 627-643. Recherche en cours  : Comparaison du rôle des prisons et des mouvements menés par les prisonniers en Afrique du Sud et en Espagne au moment des transitions démocratiques  ; histoire des catégories de prisonnier de droit commun et de prisonnier politique en Espagne au XXe siècle. Natacha Filippi, attachée de recherche, History Workshop, Université de Witwatersrand - natacha.filippi1@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org