Navigation – Plan du site
Articles

La publicité de la police dans la ville de Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle

Nicolas Vidoni
p. 93-118

Résumés

La police, entendue comme une pratique, s’offrait à la vue des Parisiens et exigeait une visibilité.
L’action des agents de la Lieutenance générale de police, sur le terrain, nécessitait parfois une prise de parole. Le XVIIIe siècle vit ces prises de parole s’enrichir, et être diffusées au « public », par l’écrit. Cette diffusion visait à expliquer les nouvelles normes et justifier les nouveaux modes d’agir des policiers.
La Lieutenance mobilisa les savoirs urbains de son temps pour rationaliser son action. Elle utilisa alors la médiation et la médiatisation des institutions scientifiques, qui entraînèrent un regain de publicité de son action.
En retour, elle suscita des commentaires qui, diffusés, produisirent un débat sur la ville et sa police, que la Lieutenance souhaitait éviter, mais dont elle dut tenir compte. Cela déboucha, paradoxalement, sur une mise en question de l’action policière qui sortit ainsi du « secret ».

Haut de page

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

La Police face aux publics dans la seconde moitié du XVIIIe siècle
La prise de parole policière
Les cérémonies urbaines policières
L’action conjointe de la Lieutenance et de personnalités publiques
Les concours
Les soumissions et les marchés publics policiers
La mobilisation des réseaux médiatiques
Les publications « policières »
Les liens avec la presse

Aperçu du texte

Au commencement de la Révolution parut un ouvrage virulent de dénonciation de la police parisienne effectuée par l’ancienne Lieutenance générale, qui contribua à monumentaliser la « légende noire » de cette police. Fruit des observations du ci-devant agent de la Lieutenance Manuel, elle livrait au public, par le moyen de scènes savamment racontées et en levant le voile qui recouvrait l’institution, les secrets de la police, en particulier les malversations, les concussions, les pratiques illégales et illégitimes, en bref l’arbitraire d’un groupe d’hommes plus préoccupés de leur intérêt propre que de l’intérêt du public.

En mettant sur la place publique les pratiques policières et la police de la monarchie, l’ouvrage prétendait trancher avec les conceptions administratives qui faisaient de cette activité étatique un domaine secret. Pourtant, dans les faits, la police était sous le regard de l’opinion publique depuis quelques décennies. Manuel fit donc preuve de partialité en présenta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Vidoni, « La publicité de la police dans la ville de Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 19, n°2 | 2015, 93-118.

Référence électronique

Nicolas Vidoni, « La publicité de la police dans la ville de Paris dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 19, n°2 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 26 avril 2017. URL : http://chs.revues.org/1602 ; DOI : 10.4000/chs.1602

Haut de page

Auteur

Nicolas Vidoni

Nicolas Vidoni est titulaire d’un CAPES d’histoire-géographie (2004) et d’un doctorat (2011), PRCE à Aix-Marseille, Université Paris I. Chercheur du laboratoire Telemme, MMSH, Aix-en-Provence. Ses principales publications : Résister à la police : y a-t-il une spécificité féminine ?, in Gonzalez-Raymond, A. (dir.), Résister, Montpellier, Presses Universitaires de la Méditerranée, 2011, pp. 370-388 ; Une « police des Lumières » ? La « violence » des agents de police à Paris au milieu du XVIIIe siècle, Rives méditerranéennes, 2011, 40, pp. 43-66, revue en ligne [rives.revues.org] ; Les violences policières contre les femmes à Montpellier au milieu du XVIIIe siècle, in Faggion, L. Regina, C. (dir.), La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle, CNRS éditions, Paris, 2010, pp. 349-365.

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org