Navigation – Plan du site
Articles

Pratique médico-légale au temps des Lumières : l’investigation des chirurgiens dans le ressort rural de la République de Genève (1750-1792)

Olinda Testori
p. 25-52

Résumés

Croissante tout au long du XVIIIe siècle, la pratique de la médecine légale est attestée dans la campagne genevoise. Territoire étendu, enclavé en terres étrangères, il se compose dès 1754 du mandement de Peney et de Jussy. L’exercice de la justice dans ce territoire est confié à deux châtelains, selon le même droit qu’en ville. Ainsi, la pratique médico-légale s’inscrit dans un cadre géographique et administratif particulier.
Le chirurgien de campagne, tantôt « visiteur des morts » médecin ou chirurgien participe à l’institutionnalisation de la pratique par le biais de ses fonctions officielles. En attestant des blessures signalant l’agression, en certifiant les décès lors de noyades ou d’accidents domestiques, en visitant le cadavre d’un inconnu, le chirurgien délivre un rapport au châtelain devenant ainsi un expert légiste. Son rapport, joint à la procédure, participe à l’élaboration de la certitude judiciaire en cas d’enquête criminelle.
Cet article se concentre sur la deuxième moitié du XVIIIe siècle et explique ce mécanisme médico-légal en campagne.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article prolonge un mémoire de maîtrise en histoire moderne dirigé par le Professeur Michel Porret et présenté à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève en août 2011.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

I. Médecine légale et chirurgien rural
La médecine légale en Europe et à Genève
Le chirurgien rural, un expert au service de la justice
II. L’expertise du corps violenté
Enjeux médico-légaux
Pronostic et diagnostic
III. Qualifier la mort criminelle
La levée de corps
L’exemple des morts par submersion
Le corps marqué par l’eau
L’identification du corps
Crimes de sang : la hiérarchie des compétences
IV. Conclusions

Aperçu du texte

I. Médecine légale et chirurgien rural

La médecine légale en Europe et à Genève

Croissante depuis la Renaissance, la pratique de la médecine légale ou médecine judiciaire en Europe se légalise notamment en France avec l’Ordonnance de 1670 qui intègre la présence du médecin et du chirurgien sur la scène du crime. L’ancrage de la médecine légale moderne se lit dans les travaux pionniers de Paolo Zacchia (1584-1659), qui dans son ouvrage Quaestiones medico-legales rassemble au début du XVIIe siècle le champ médico-légal du corps meurtri. Au siècle des Lumières, la place de l’expert médical (sage-femme, chirurgien, médecin, pharmacien) sur la scène du crime se systématise, les compétences s’affinent, donnant ainsi à la pratique de l’expertise une dimension routinière auprès de la justice. En évoluant vers une science positive au XIXe siècle, la médecine légale témoigne du besoin de certitude judiciaire de la part des magistrats, soucieux de légaliser un décès suspect ou de prouver la mort...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olinda Testori, « Pratique médico-légale au temps des Lumières : l’investigation des chirurgiens dans le ressort rural de la République de Genève (1750-1792) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 19, n°2 | 2015, 25-52.

Référence électronique

Olinda Testori, « Pratique médico-légale au temps des Lumières : l’investigation des chirurgiens dans le ressort rural de la République de Genève (1750-1792) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 19, n°2 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://chs.revues.org/1596 ; DOI : 10.4000/chs.1596

Haut de page

Auteur

Olinda Testori

Olinda Testori, assistante en histoire à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève depuis février 2015, prépare une thèse de doctorat sous la direction de Michel Porret. Elle sera consacrée à la problématique de l’accident dans la ville d’Ancien Régime, à partir des archives de la République de Genève. Ses recherches portent sur l’histoire de la justice et de la médecine au siècle des Lumières. Elle fait partie de l’équipe de recherche Damocles, dirigée par Michel Porret.

Université de Genève
Faculté des Lettres
Département d’Histoire Générale
Unité d’Histoire Moderne
CH-1211 Genève 4

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org