Navigation – Plan du site
Articles

Coopérer avec la justice du roi. La peine des galères dans la République de Genève (1613-1788)

Robin Majeur
p. 5-24

Résumés

Bien connue des historiens de la justice, la peine des galères a pourtant été peu étudiée sous l’angle de la coopération judiciaire. On trouve en effet, sur les bancs des galères et dans les bagnes, des hommes condamnés par des juridictions extérieures au territoire sur lequel ils purgent leur peine. Cet article se penche sur le cas de la République de Genève, qui a envoyé plus de cinquante criminels aux galères du roi de France entre 1613 et 1788. Loin de déposséder la République de son droit régalien de rendre la justice, la pratique des juges genevois contribue à renforcer les liens diplomatiques entre deux États au prestige inégal, en même temps qu’elle constitue une solution pénale efficace. Ces interrelations pragmatiques autour de la peine des galères, plutôt ponctuelles, marquées par des pratiques archaïques, forgent ainsi un socle commun sur lequel peuvent s’appuyer deux États souverains pour coopérer malgré leurs différences.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est tiré, sous une forme synthétique et actualisée, du mémoire de baccalauréat universitaire intitulé Genève et la pratique des condamnations aux galères (1613-1788), effectué sous la direction de Marco Cicchini et Michel Porret à la Faculté des lettres de l’Université de Genève en 2009.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Plan

1. Introduction
2. Institutionnalisation d’une routine judiciaire
3. Les paramètres politiques et diplomatiques de la peine des galères
4. Les galères et la modernité pénale
5. Conclusion : la fragile construction de normes de coopération judiciaire

Aperçu du texte

1. Introduction

La fascination exercée par les forçats de la mer et ultérieurement de la terre, tel Jean Valjean, a généré une abondante historiographie mettant en lumière les normes juridiques qui définissent la peine des galères, ses modalités d’exécution ou encore ses conséquences sociales sur les personnes qui la subissent. Les États méditerranéens ont été un terrain propice à des recherches sur la « mécanique concentrationnaire » (André Zysberg) des galères. Les condamnés provenant d’une juridiction étrangère ont cependant suscité moins d’intérêt. Le sort de ces hommes, qui purgeaient une peine dans un État qui n’avait pas prononcé lui-même la sanction, était le résultat d’une coopération judiciaire transfrontalière. À ce propos, les cas des galériens bavarois transférés à Venise et des Suisses envoyés aux galères de France ont fait l’objet d’études. Toutefois ces dernières, principalement fondées sur les sources en aval (émanant des galères et des bagnes) et non sur celles prov...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robin Majeur, « Coopérer avec la justice du roi. La peine des galères dans la République de Genève (1613-1788) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 19, n°2 | 2015, 5-24.

Référence électronique

Robin Majeur, « Coopérer avec la justice du roi. La peine des galères dans la République de Genève (1613-1788) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 19, n°2 | 2015, mis en ligne le 01 novembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chs.revues.org/1592 ; DOI : 10.4000/chs.1592

Haut de page

Auteur

Robin Majeur

Robin Majeur a fait ses études à la Faculté des lettres de l’Université de Genève, en Suisse. D’abord intéressé par les problématiques liées à l’histoire sociale et institutionnelle de la justice, il a ensuite consacré son mémoire de maîtrise universitaire à la culture politique du procureur général genevois Jean-Robert Tronchin (1710-1793). Il travaille actuellement dans l’enseignement secondaire.

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org