Navigation – Plan du site
Articles

L’indulgence des juges ? La femme incriminée à Genève au siècle des Lumières. Genre et répression pénale (1767-1792)

Lucie Buttex
p. 41-65

Résumés

Dans la République de Genève de la fin du XVIIIe siècle, les femmes ne sont de loin pas marginales sur la scène du crime. Représentant près d’un tiers des prévenus, elles sont poursuivies avant tout pour paillardise, prostitution et vol. Cette étude vise à questionner le statut de la femme incriminée dans la société d’Ancien Régime. Susceptible de voir la sévérité de sa peine mitigée au nom du principe de « fragilité du sexe », la femme est-elle l’objet de l’indulgence des juges et bénéficie-t-elle d’un traitement pénal différentiel ? Portant à la fois sur les discours et les pratiques, cette étude interroge la pertinence de la notion de spécificité féminine dans la doctrine juridique, la criminalité et la pénalité au XVIIIe siècle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cette étude est issue d’un mémoire de Maîtrise soutenu sous la direction de Michel Porret à l’Université de Genève en juin 2012, qui s’intitule : L’indulgence des juges ? La femme incriminée à Genève au siècle des Lumières. Genre et répression pénale (1767-1792). Lucie Buttex, membre de l’équipe DAMOCLES, prépare actuellement une thèse sur le vol en milieu urbain dans la République de Genève au XVIIIe siècle.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Plan

La femme incriminée dans la doctrine
La « fragilité du sexe »
Une pénalité différenciée selon les sexes ?
Des crimes propres au genre féminin ?
Genre et illégalismes : une spécificité féminine du crime ?
Des crimes propres aux femmes : la paillardise, la prostitution et l’infanticide
Les absents de la criminalité féminine : le duel, le délit de librairie et l’assassinat
Le vol, lieu de la mixité sexuelle sous l’Ancien Régime
La femme dans le huis clos du tribunal : l’indulgence des juges ?
Survol de la pénalité genevoise de 1767 à 1792
La « fragilité du sexe » : une circonstance rare dans la pratique judiciaire 
La mansuétude pénale, un « habitus » des juges au XVIIIe siècle ?

Aperçu du texte

Travailler sur la « femme criminelle » suppose de cerner un objet équivoque, de par la multiplicité des discours – historiques et historiographiques – qu’il mobilise. D’une part, ceux-ci sont, au cours des siècles, très contradictoires : ils oscillent entre l’extrême de la « mère bonne et aimante », à l’image de la Vierge Marie, et celui de la « femme dangereuse », qui comme lÈve tentatrice est une éternelle pécheresse. Au XIXe siècle, les criminologues s’accordent à dire que la femme n’est « par nature » pas portée à la violence et au crime et ils expliquent par ce naturalisme la faible participation des femmes à la criminalité (seulement 10% de femmes incriminées pour 90% d’hommes). À l’inverse, les criminologues italiens Lombroso et Ferrero investiguent la criminalité féminine et placent la débauche au centre de celle-ci, désignant la prostituée comme figure transgressive par excellence. Dans le droit romain, la femme est communément reconnue comme un être faible par nature et q...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lucie Buttex, « L’indulgence des juges ? La femme incriminée à Genève au siècle des Lumières. Genre et répression pénale (1767-1792) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 19, n°1 | 2015, 41-65.

Référence électronique

Lucie Buttex, « L’indulgence des juges ? La femme incriminée à Genève au siècle des Lumières. Genre et répression pénale (1767-1792) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 19, n°1 | 2015, mis en ligne le 01 mai 2018, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://chs.revues.org/1549 ; DOI : 10.4000/chs.1549

Haut de page

Auteur

Lucie Buttex

Département d’Histoire générale
Uni-Bastions
Université de Genève
CH – 1211 Genève 4

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org