Navigation – Plan du site
Forum
Reviews

Klewin Silke, Reinke Herbert, Sälter, Gerhard (eds), Hinter Gittern : zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Auschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart / Ammerer Gerhard, Brunhart Arthur, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Orte der Verwahrung : die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter / Leukell Sandra, Strafanstalt und Geschlecht : zur Geschichte des Frauenstrafvollzugs im 19. Jahrhundert (Baden und Preussen) / Bretschneider Falk, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung

Benoit Majerus
p. 151-152
Référence(s) :

Klewin Silke, Reinke Herbert, Sälter, Gerhard (eds), Hinter Gittern : zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Auschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, 297 pp., ISBN 9 783865 832320.

Ammerer Gerhard, Brunhart Arthur, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Orte der Verwahrung : die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010 ; 366 pp., ISBN 9 783865 833563.

Leukell Sandra, Strafanstalt und Geschlecht : zur Geschichte des Frauenstrafvollzugs im 19. Jahrhundert (Baden und Preussen), Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, 349 pp., ISBN 9 783865 84201.

Bretschneiderr Falk, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2011, 398 pp., ISBN 9 783865 835031.

Texte intégral

  • 1 Watzka C., « Zur Interdependenz von Personal und Insassen in “Totalen Institutionen” : Probleme und (...)

1L’intérêt pour les espaces fermés était consubstantiel à un certain renouveau critique des sciences humaines à partir des années 1960 : il suffit de renvoyer aux œuvres d’Erving Goffman et de Michel Foucault. Quatre livres récents publiés par le Leipziger Universitätsverlag réinterrogent le lien entre « séparation, garde et punition », pour reprendre le sous-titre de la collection dans laquelle trois des quatre ouvrages ont été publiés. Les références aux deux auteurs sont nombreuses et parmi les rares articles théoriques, un est consacré à Asiles de Goffman en s’interrogeant notamment sur la conception moderne de « l’institution totale » et son application difficile pour des sociétés prémodernes1.

2Ces publications sont d’abord le signe d’une institutionnalisation éditoriale d’un projet de recherche commencé dans la deuxième moitié de la décennie 2000 portant sur l’histoire des institutions de l’enfermement en Europe dans une perspective comparative sur une longue durée. Ce projet a été initié par des chercheurs dont plusieurs portent également la revue Crime, Histoire & Sociétés. Fortement imprégnés par une certaine histoire de la déviance qu’ils placent dans la longue durée en allant de la période du Bas Moyen-Âge au XIXe siècle, les auteurs livrent un large panorama d’institutions qui se caractérisent par 1) une séparation de certains groupes sociaux du reste de la société et 2) par une gestion humaine qui mélange contrainte et autocontrainte. Au niveau chronologique, les contributions se focalisent sur les XVIIIe et XIXe siècles. Dès que l’on touche le XXe siècle, la plupart des articles se limitent aux camps de concentration ou à la RDA, ce qui semble un rétrécissement dommageable de la problématique. Ceci est peut-être également lié à l’espace géographique qui est pris en considération et qui se limite essentiellement aux régions germanophones (les deux Allemagne, Autriche, Liechtenstein…). Le regard proposé souffre ainsi d’une double myopie, d’un côté par rapport à d’autres traditions de « maisons closes » (Geschlossene Häuser) – titre de la collection et qui ouvre pourtant, en traduction littérale vers le français, déjà sur un tout autre univers – et d’un autre côté vers le monde colonial qui est également complètement absent.

  • 2 Bretschneider F., « Der Raum der Einsperrung – Raumkonstruktion zwischen institutionneller Stabilis (...)

3Les quatre livres apparaissent comme le prolongement d’une histoire sociale de la déviance qui a commencé à s’intéresser aux espaces fermés depuis les années 1970. La rupture par rapport à cette historiographie se situe dans la volonté de redonner une place aux différents acteurs qui ont longtemps été « invisibles » dans l’approche structuraliste dominante. D’une part, une asymétrie de pouvoir existe entre les différents acteurs mais tous disposent de marges de manœuvres. D’autre part, les différents groupes d’acteurs (p. ex. patients psychiatriques, personnel…) ne constituent pas une unité homogène mais sont traversés par des tensions liées à une différenciation au niveau de leurs tâches, de leur origine sociale, de leur génération… Cette aspiration affirmée dans l’introduction du premier volume de la série nécessite cependant des jeux d’échelles et une descente au niveau micro qui restent parfois difficiles à réaliser. Il n’est ainsi guère étonnant que ce recadrage donne entre autres lieu à une valorisation d’une lecture genrée. Le livre de Sandra Leukel issu d’une thèse soutenue en 2004 part d’un constat certes banal mais peu abordé jusqu’ici : lorsque l’on parle de genre dans les prisons on parle de femmes, jamais d’hommes. Mais dans son ouvrage, les femmes en tant qu’actrices de leur propre histoire restent largement absentes. La plupart des contributions restent confinées à un paradigme plus classique des années 1970. La richesse du changement de regard devient néanmoins apparent dans quelques contributions comme celle de Falk Bretschneider consacrée à l’utilisation de l’espace, celle d’Andreas Fleiter sur l’écriture derrière les barreaux ou celle d’Elissa Mailänder sur les dynamiques de violences à Ravensbrück2.

Haut de page

Notes

1 Watzka C., « Zur Interdependenz von Personal und Insassen in “Totalen Institutionen” : Probleme und Potentiale von Erving Goffmans “Asyle” », F. Bretschneider, M. Scheutz, A.S. Weiß (hrsg.), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, pp. 25-53.

2 Bretschneider F., « Der Raum der Einsperrung – Raumkonstruktion zwischen institutionneller Stabilisierungsleistung und eigensinnigen Nutzungsweisen », in G. Ammerer, A. Brunhart, M. Scheutz, A.S. Weiß (hrsg.), Orte der Verwahrung. Die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, pp. 103-130 ; Fleiter A., « Schreiben hinter Gittern. Briefe, Kassiber und Beschwerden von Strafgefangenen als historische Quellen », in S. Klewin, H. Reinke, G. Sälter (hrsg.), Hinter Gittern. Zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Anschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2010, pp. 49-64 ; Mailänder-Koslov E., « Mikrodynamiken von Gewalt : Zur Strafpraxis im Frau-Konzentrationslager Ravensbrück », in F. Bretschneider, M. Scheutz, A.S. Weiß (hrsg.), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 2011, pp. 359-379.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoit Majerus, « Klewin Silke, Reinke Herbert, Sälter, Gerhard (eds), Hinter Gittern : zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Auschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart / Ammerer Gerhard, Brunhart Arthur, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Orte der Verwahrung : die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter / Leukell Sandra, Strafanstalt und Geschlecht : zur Geschichte des Frauenstrafvollzugs im 19. Jahrhundert (Baden und Preussen) / Bretschneider Falk, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 18, n°2 | 2014, 151-152.

Référence électronique

Benoit Majerus, « Klewin Silke, Reinke Herbert, Sälter, Gerhard (eds), Hinter Gittern : zur Geschichte der Inhaftierung zwischen Bestrafung, Besserung und politischem Auschluss vom 18. Jahrhundert bis zur Gegenwart / Ammerer Gerhard, Brunhart Arthur, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Orte der Verwahrung : die innere Organisation von Gefängnissen, Hospitälern und Klöstern seit dem Spätmittelalter / Leukell Sandra, Strafanstalt und Geschlecht : zur Geschichte des Frauenstrafvollzugs im 19. Jahrhundert (Baden und Preussen) / Bretschneider Falk, Scheutz Martin, Weiß Alfred Stefan (eds), Personal und Insassen von « Totalen Institutionen » – zwischen Konfrontation und Verflechtung », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 18, n°2 | 2014, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://chs.revues.org/1523

Haut de page

Auteur

Benoit Majerus

Université de Luxembourg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org