Navigation – Plan du site
Forum
Reviews

Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien

Paris, Éditions SPM, 2013, 240 pp., ISBN 9 782901 952992
Antoine Renglet
p. 142-144
Référence(s) :

Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien, Paris, Éditions SPM, 2013, 240 pp., ISBN 9 782901 952992.

Texte intégral

1Publié dans la collection de l’Institut Napoléon, « Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien » rassemble les actes d’une journée d’étude qui s’est tenue à la bibliothèque Marmottan à Boulogne-Billancourt le 10 octobre 2010. L’ouvrage est introduit par Jacques-Olivier Boudon, directeur de publication, qui souligne d’emblée la double direction de l’ensemble des contributions. L’attention est en effet portée, d’une part, aux rouages du système policier et aux hommes qui le font fonctionner et, d’autre part, à la France des 130 départements et à ses territoires extérieurs où le modèle policier et gendarmique s’est exporté.

2Préalablement, Catherine Denys et Jean-Noël Luc dressent successivement le bilan des dernières années de recherche sur l’histoire de la police et de la gendarmerie de l’époque napoléonienne. Le renouveau opéré depuis quelques années situe désormais l’attention des chercheurs bien « loin des descriptions hagiographiques du régime ou des exécrations de sa légende noire ». Au-delà, c’est le « projet national et impérial napoléonien, la genèse des systèmes policiers, la diversité française et les relations de l’État et de la société » qui sont repensés.

3Tout en insistant sur les moments fondateurs de l’institution, comme l’année 1801 qui voit la création de l’inspection générale, l’augmentation des effectifs et la mise sur pied de nouvelles unités, Antoine Boulant présente un panorama général de la gendarmerie sous le Consulat et l’Empire. Il insiste tout d’abord sur l’importance de l’implantation territoriale de cette force comme principal facteur de son efficacité. Il aborde ensuite les nombreuses activités de la gendarmerie, palette qui comprend des missions de police administrative et judiciaire, des missions ordinaires exécutées d’initiative et des missions extraordinaires effectuées à la demande des autorités.

4Édouard Ebel consacre sa contribution aux commissaires généraux créés par la loi du 28 pluviôse an VIII. Ces hauts fonctionnaires de police sont chargés de la surveillance des frontières, des côtes et des ports. Compétents dans plusieurs départements, les commissaires généraux entrent en maintes circonstances en concurrence avec les préfets. Édouard Ebel montre que ces hauts fonctionnaires de police utilisent d’importants fonds afin de payer des agents secrets et de donner des gratifications. Ils surveillent aussi les prisons, la contrebande, les loteries, les jugements prononcés par les tribunaux, les hôpitaux, les maisons d’éducation, les spectacles, etc. Selon l’auteur, ces missions font de la police une institution à la recherche constante d’informations et étendant sa surveillance à toutes les strates de la société.

5Dans la contribution suivante, Aurélien Lignereux suit certaines trajectoires individuelles de commissaires municipaux dans les départements réunis afin de mettre à mal une vision « surplombante de la puissance et de la modernité de l’infrastructure pensée par Fouché ». L’analyse d’un corpus de 616 commissaires de police particuliers des départements annexés nuance grandement la vision d’un corps homogène. Bien au contraire, selon Aurélien Lignereux « l’hétérogénéité est la règle ». Les commissaires municipaux sont surtout recrutés dans le bassin local. Leurs fonctions au service des régimes précédents ne sont d’ailleurs généralement pas ignorées des autorités. Ainsi, la diversité des situations personnelles conduit l’auteur à voir dans « le commissaire napoléonien, l’agent inachevé d’un Empire en construction ».

6À travers l’étude du commissariat général et des commissariats spéciaux de la Roër, Pierre Horn montre comment un des espaces les plus surveillés de l’Empire n’a pas été pour autant le mieux surveillé. En effet, le commissariat général de Wesel, créé en juillet 1809, doit étendre sa surveillance sur la ligne du Rhin allant de Clèves à Cologne. Dans ce pays réputé difficile et où la population semble peu favorable au régime français, le commissaire général recentre son action sur la surveillance des autorités weseloises et sur l’organisation de réjouissances destinées à gagner la faveur des administrateurs locaux. En 1811, le commissariat général de Wesel disparaît pour laisser place à deux commissariats spéciaux à Cologne et Wesel. Dotés de moyens de surveillance limités, les commissaires spéciaux qui se succèdent dans la Roër n’en sont pas moins des hommes d’une grande capacité professionnelle. Ils semblent déployer une remarquable activité, notamment dans le domaine des grains et des subsistances. Ici aussi, la dérive polycratique de l’administration napoléonienne conduit, selon Pierre Horne, à une difficile cohabitation de ces hauts fonctionnaires de police avec d’autres autorités, notamment les préfets.

7La contribution d’Olivier Accarie traite de l’activité des commissaires de police de Paris à l’aube du Consulat. À partir de l’étude de 3 000 procès-verbaux pour l’année 1800, l’auteur décrit le détail prosaïque du quotidien de la police de la capitale française. Surveillance de la voie publique, contrôle des vidanges des latrines, contrôle de la qualité des aliments, tenue de registres divers, arrestations de prostituées, noyades et autres morts accidentelles ne sont que quelques exemples de la large palette de tâches qui occupent la police de Paris. Même si le contrôle de la presse et les enquêtes liées aux tentatives de conspirations et d’attentats figurent dans cette liste, l’importance de ces missions apparaît plus nuancée.

8En Espagne, la gendarmerie, étudiée par Gildas Lepetit, joue un rôle déterminant dans le processus d’annexion. Créée spécialement dans la péninsule ibérique par un décret impérial du 24 novembre 1809, la gendarmerie d’Espagne, originellement cantonnée dans un rôle de maintien de l’ordre, est dans un premier temps utilisée, avec ses plus de 4 000 hommes, comme unité de combat. À cette première phase d’implantation de l’institution succède une période de redéploiement des gendarmes dans les régions du Nord de la péninsule et leur réorganisation en légions. Ce processus est brutalement interrompu en 1813 par l’évacuation des autorités françaises.

9Michael Broers consacre sa contribution aux stratégies de contre-insurrection dans lesquelles la gendarmerie tient un rôle de premier plan. Pour être assurément mise en œuvre, la contre-insurrection doit être organisée dans un contexte militairement stabilisé et à distance sécurisée de toute frontière. Dans les pays nouvellement conquis et intégrés à la France, les révoltes populaires sont généralement attribuées à l’introduction de la conscription et à l’application des réformes religieuses. La contre-révolution se déroule en trois phases. Dans un premier temps, la révolte est affrontée par pénétration, au moyen de la colonne mobile. Deuxièmement vient l’implantation de la gendarmerie qui consacre le passage de la mobilité à la permanence, de la pénétration à la dissémination. Enfin, la troisième phase voit l’établissement de la garde nationale qui, aux yeux des autorités françaises, incarne le « meilleur signe d’un ferme désir de retour à une vie locale normale ». Réévaluant également le rôle de la gendarmerie dans la lutte contre l’insoumission et le brigandage en Italie, Nicolas Bourguinat montre les disparités régionales dans les manifestations de résistance face au régime impérial et conclut, comme Michael Broers, à cette tripartition fonctionnelle de la contre-insurrection.

10Jacques-Olivier Boudon aborde à la fois l’implantation de la police et celle de la gendarmerie dans le Royaume de Westphalie entre 1807 et 1813. Selon l’auteur, la nécessité du maintien de l’ordre conduit les autorités à l’instauration d’un régime policier. Dans le contexte de guerre, de troubles et de frontières mouvantes auquel est soumise cette région périphérique en un peu moins de six ans, l’expérience métropolitaine des commis du royaume de Jérôme Bonaparte y détermine la configuration institutionnelle de la police et de la gendarmerie.

11Dans sa contribution consacrée aux espaces coloniaux, Bernard Gainot inscrit l’organisation du maintien de l’ordre public napoléonien dans le prolongement de l’Ancien Régime et de la Révolution. De par la double vocation commerciale et militaire des possessions ultra-marines, l’ordre public colonial de l’Ancien Régime fait l’objet d’un compromis assez instable entre une conception domaniale et une conception impériale. Au cours du XVIIIe siècle, cette pratique policière interventionniste, qui répond avant tout aux principes du mercantilisme et qui cherche à préserver le système esclavagiste de son autodestruction, s’atténue au profit de la « modélisation » progressive des institutions. Malgré la rupture révolutionnaire, le régime impérial napoléonien est l’occasion pour la police coloniale de s’étendre et de se professionnaliser au détriment de son exercice domanial. Consécration d’une évolution ? Bernard Gainot démontre plutôt que cette affirmation de l’appareil policier colonial à l’époque napoléonienne s’inscrit davantage dans une réaction à la législation antérieure.

12En guise d’épilogue chronologique, Arnaud Houte livre une contribution sur la gendarmerie des Cent-Jours. La Première Restauration n’est pas l’occasion d’une épuration radicale parmi les effectifs de la gendarmerie. Si la perte des départements annexés, qui oblige les autorités à réduire les effectifs, purge les gendarmes les plus compromis, la volonté des nouvelles autorités est fondamentalement de préserver un outil efficace pour le maintien de l’ordre. Lors du retour de Napoléon, la gendarmerie se rallie facilement à l’Empereur et limite une fois encore l’épuration du corps. En 1815, pour consolider son retour, Napoléon a besoin de renforcer son armée. La gendarmerie est donc nécessaire pour traquer les déserteurs. C’est pourtant contre la pénurie de gendarmes que les autorités doivent d’abord lutter. La nouvelle chute de l’Empire est par contre l’occasion d’une réelle épuration dont le but est aussi de renforcer une institution affaiblie. La gendarmerie semble sortir de cette période renforcée, à la fois par sa résistance aux soubresauts politiques de la chute de l’Empire et par l’épuration qu’elle a finalement connue au terme de cette période.

13À lire ce résumé, le lecteur devinera aisément la richesse et la diversité des textes réunis dans cet ouvrage qui enrichit assurément la connaissance de la police et de la gendarmerie de l’époque napoléonienne. Si l’on peut regretter que la logique qui a prévalu à la succession des contributions n’apparaisse pas clairement au lecteur, reconnaissons que ces actes ouvrent de nouvelles perspectives et de nouveaux questionnements sur deux institutions à la fois emblématiques et controversées du régime napoléonien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Renglet, « Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 18, n°2 | 2014, 142-144.

Référence électronique

Antoine Renglet, « Jacques-Olivier Boudon (dir.), Police et gendarmerie dans l’Empire napoléonien », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 18, n°2 | 2014, mis en ligne le 09 avril 2015, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://chs.revues.org/1515

Haut de page

Auteur

Antoine Renglet

Université de Namur/Université de Lille 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org