Navigation – Plan du site
Articles

Enquêter, baptiser, réprimer : le contrôle de la bâtardise à Genève au XVIIIe siècle (1750-1770)

Loraine Chappuis
p. 57-79

Résumés

À Genève au XVIIIe siècle, trois acteurs du contrôle social conjuguent leurs efforts pour encadrer le phénomène des naissances naturelles. Témoignant du monopole de l’État sur la morale sexuelle des Genevois, le Petit Conseil réprime les relations hors mariage ayant pour conséquence une grossesse illégitime à travers les « procès en paillardise ». Dans une volonté qui tend à la répression systématique, le Conseil condamne les comportements déviants et attribue la charge de l’enfant à l’un de ses parents. Les stratégies de ces derniers pour échapper à la répression et au déshonneur de la naissance illégitime entraînent également l’intervention du corps pastoral et de l’Hôpital Général autour de ces procès. Le rôle du premier se joue au moment du baptême pour détecter les enfants naturels que certains individus tentent de faire passer pour légitimes ; le second intervient de sa propre initiative lorsqu’il enquête sur les naissances suspectes et cherche à éviter les expositions en négociant une somme d’argent, moyennant laquelle l’institution s’occupe définitivement du bâtard. Mettant en lumière les mécanismes du contrôle et les interactions entre les acteurs, cet article cherche à montrer les enjeux contradictoires, résidant tant dans la protection des finances publiques que celle de la vie du bâtard.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est fondé sur un mémoire de maîtrise intitulé : « ‘Jamais bâtard ne fit bien’ ? La socialisation des enfants naturels au XVIIIe siècle à Genève », soutenu en février 2012 à la Faculté des Lettres de l’Université de Genève.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2017.

Plan

« Jamais bâtard ne fit bien »
Réprimer les « commerces charnels » : le procès en paillardise
Le contrôle social des bâtards : le corps pastoral et l’Hôpital Général
« Qui fait l’enfant le doit nourrir »

Aperçu du texte

« Jamais bâtard ne fit bien »

Le bâtard, figure de la marginalité d’Ancien Régime, est lié au crime de différentes manières. Né d’un « commerce illicite », il ne doit la vie qu’à la transgression morale, sociale et juridique de ses parents. Coupable dans sa chair d’un péché qui n’est pas sien, il est le rappel constant d’une culture de la faute. Son existence remet en cause l’essence même de la société moderne : la famille légitimement définie par les liens du mariage. L’enfant illégitime, faisant s’abattre la honte et l’opprobre social sur ses parents, est la victime fréquente du geste infanticide de sa « mère dénaturée ». Alors que d’autres « filles-mères », isolées socialement, se retrouvent dans la nécessité « d’exposer » (abandonner) leur progéniture, confiant son soin à la charge de la communauté.

Le préjugé dont les enfants naturels sont victimes, fondé sur une distinction des naissances héritée du droit romain, est entretenu par trois composantes. L’origine de la tache est rel...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loraine Chappuis, « Enquêter, baptiser, réprimer : le contrôle de la bâtardise à Genève au XVIIIe siècle (1750-1770) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 18, n°1 | 2014, 57-79.

Référence électronique

Loraine Chappuis, « Enquêter, baptiser, réprimer : le contrôle de la bâtardise à Genève au XVIIIe siècle (1750-1770) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 18, n°1 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 25 mars 2017. URL : http://chs.revues.org/1466 ; DOI : 10.4000/chs.1466

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org