Navigation – Plan du site
Herman Diederiks Prize / Prix Herman Diederiks

« La Discipline ». Jeunes délinquantes enfermées, violence institutionnelle et réaction disciplinaire : une dynamique (Belgique, 1920-1970)

Veerle Massin
p. 31-56

Résumés

Cet article examine la mise en place des pratiques d’enfermement à l’égard des filles délinquantes dites particulièrement difficiles en Belgique, entre les années 1920 et 1970. Posant des problèmes disciplinaires dans les établissements d’enfermement classiques, ces filles sont reléguées dans un établissement spécifique. La mise en place et l’évolution des méthodes disciplinaires sont étudiées au regard des actes d’indiscipline commis par les filles et repérables à travers les dossiers individuels et à travers les archives administratives. La dynamique entre indiscipline et réaction disciplinaire se précise alors et révèle toutes les complexités de la « gestion humaine » en milieu clos.

Haut de page

Notes de la rédaction

L’article a été rédigé dans le cadre du Pôle d’Attraction Interuniversitaire « Justice et Populations » financé par la Politique scientifique fédérale belge.

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en juillet 2017.

Plan

1. Les filles enfermées de la Protection de l’enfance : de l’immorale précarisée à l’indisciplinée
2. Le jeune difficile au sein des politiques belges de Protection de l’enfance
3. Le quartier disciplinaire : un modèle qui se confirme au fil des décennies
4. L’établissement de Bruges : sa création
5. Le régime disciplinaire de l’institution de Bruges
6. Les pratiques à Bruges : comportements indisciplinés et réactions disciplinaires
a) Les comportements qui provoquent une réaction disciplinaire
Les petits faits
Les faits d’homosexualité
Les tentatives d’évasion
Les révoltes individuelles
Les rébellions en groupe
b) La réaction disciplinaire
La réprimande et la privation des faveurs
La privation des visites et de la correspondance avec la famille
Isolement et privation de nourriture
De la « camisole de force » à la « camisole chimique » : l’appel aux techniques asilaires et médicales
Le recours à la violence
Une réponse hors du champ de la Protection de l’enfance : la prison et l’asile
Conclusions

Aperçu du texte

En mars 1957, quatre mineures placées à l’institution pour filles délinquantes difficiles de Bruges font chambard au réfectoire. Elles refusent de monter dans leur chambre. Les événements s’enchaînent. L’une d’entre elles envoie une chaise à la tête d’une autre. Ensemble, elles jettent les nappes, renversent les tables et cassent les carreaux des fenêtres. Une fille se blesse, perd du sang mais refuse de se faire soigner. Une deuxième met la tête dans le poêle et tente d’inspirer du gaz. Une troisième ingurgite un flacon de Sidol (nettoyant pour cuivres et métaux). Elles saisissent les pots de fleurs qui garnissent les fenêtres et les lancent sur les membres du personnel qui tentent d’intervenir. Trois des jeunes filles s’allongent sur une table et simulent un acte sexuel. Le psychiatre reçoit une chaise dans le visage, d’autres employés sont blessés. Armées de couteaux, les filles parviennent à s’isoler dans une salle de classe qu’elles détruisent entièrement : pupitres, métier à t...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Veerle Massin, « « La Discipline ». Jeunes délinquantes enfermées, violence institutionnelle et réaction disciplinaire : une dynamique (Belgique, 1920-1970) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 18, n°1 | 2014, 31-56.

Référence électronique

Veerle Massin, « « La Discipline ». Jeunes délinquantes enfermées, violence institutionnelle et réaction disciplinaire : une dynamique (Belgique, 1920-1970) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 18, n°1 | 2014, mis en ligne le 01 juillet 2017, consulté le 22 juin 2017. URL : http://chs.revues.org/1463 ; DOI : 10.4000/chs.1463

Haut de page

Auteur

Veerle Massin

Veerle Massin est historienne, chargée de recherche du FRS-FNRS à l’Université catholique de Louvain. Elle est membre du Centre d’histoire du droit et de la justice. Elle a réalisé une thèse intitulée « Protéger ou exclure ? L’enfermement des filles perdues de la Protection de l’enfance à Bruges (Belgique, 1922-1965) » (2011) qui a obtenu une mention spéciale du jury au Prix Gabriel Tarde 2013. Elle travaille actuellement sur le placement d’office des femmes en institution psychiatrique, en Belgique, entre les années 1910 et 1970.

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org