Navigation – Plan du site
Comptes rendus / Reviews

Nootens (Thierry), Fous, prodigues et ivrognes. Familles et déviance à Montréal au XIXe siècle

Montréal et Kingston, London, Ithaca, McGill-Quenn’s University Press, 2007, 308 pp. , 12 tableaux statistiques, ISBN 9780773 531840
Michel Porret
p. 144-145
Référence(s) :

Nootens (Thierry), Fous, prodigues et ivrognes. Familles et déviance à Montréal au XIXe siècle, Montréal et Kingston, London, Ithaca, McGill-Quenn’s University Press, 2007, 308 pp. , 12 tableaux statistiques, ISBN 9780773 531840

Texte intégral

1Avec parfois un brin de didactisme outré, de jargon sociologisant, de répétitions formelles ainsi que de naïveté descriptive sur la philosophie du droit, la nosographie de la folie, les rapports professionnels entre aliénistes et psychiatres ou sur la qualification de la « dangerosité », Thierry Nootens étudie 511 procédures d’internement instruites et engagées entre 1820 et 1895 inclusivement dans le district judiciaire de Montréal. Sans toujours donner les repères nécessaires sur le fonctionnement et la procédure des tribunaux montréalais, il alterne les cas singuliers, les causes célèbres (entre requérants et intimés), les extraits de procédures et les considérations générales (méthodologiques ?) sur les conflits familiaux régulés par les institutions modernes étatiques. Éclairante page d’histoire du contrôle social urbain dans le cadre domestique, judiciaire, asilaire et médical, l’ouvrage en quatre chapitres – qu’ouvre une introduction théorique et que boucle une conclusion sur la transition capitaliste au Québec – montre que la famille moderne est le lieu de définition et de régulation des multiples formes de déviance. En mobilisant des experts (médecins asilaires, généralistes), la justice répond aux « désordres des familles » en retirant la « capacité civile » des indisciplinés, des idiots, des séniles, des dépravés par l’alcool, des violents. Celle ou celui qui ne peut plus gérer sa vie et ses biens est l’objet d’une demande d’interdiction, tarifée de 20 à 40 dollars à la fin du siècle, très souvent appliquée – même si on peine au fil du livre à mesurer l’écart entre les demandes d’interdiction et leur succès. Des épouses réclament l’interdiction d’époux ivrognes, des époux demandent celle d’épouses « aliénées », des pères se déchargent de fils « imbéciles », prodigues et oisifs, des parents déplorent l’idiotie et la vulnérabilité d’un enfant, un frère dénonce un autre frère pour éviter la mésalliance d’un mariage à venir. À chaque fois, il s’agit de sauver l’honneur, de protéger la respectabilité, d’endiguer le scandale, de limiter la dégradation du statut social, d’étouffer un conflit testamentaire lié à l’incapacité du discernement. Parfois, celui par qui le scandale arrive, qui peut se défendre avec un avocat, sera enfermé à domicile – à l’instar de la prison domestique sous l’Ancien Régime (notamment à Genève au XVIIIe siècle). L’interdiction du fou, du prodigue et de l’ivrogne (par exemple) mis sous curatelle résulte moins d’une intervention disciplinaire de l’État autoritaire dans le for privé qu’une démarche familiale (ou des alliés de la famille) d’autoprotection dans le monde urbain, insalubre souvent, des démunis et de la « classe moyenne » de Montréal, où chacun doit s’adapter à la violence sociale du capitalisme industriel. La requête d’interdiction remonte vers les instances tutélaires de l’État, un peu comme les demandes de lettres de cachet en France sous l’Ancien Régime remontaient vers la police du roi. L’expertise médicale du fou et celle de l’ivrogne invétéré répondent à une exigence d’ordre social que formule la famille perturbée, souvent brisée par un membre incontrôlable. L’État régule les accidents et le désordre des familles qui deviennent les interfaces sociales entre les normes et les déviances. Interactions entre individu jugé déviant et ses proches hors des institutions officielles, rapports sociaux entre les familles et l’appareil judiciaire qui s’adapte aux circonstances particulières des conflits privés, réponse judiciaire des magistrats conditionnée par la non-résolution infra-judiciaire des désordres, médicalisation (sanitaire, mentale, asilaire) de la déviance familiale : l’architecture de la monographie donne à penser sur l’histoire de la mise à l’écart des « indésirables de tout acabit » sur lesquels les familles de Montréal ne peuvent veiller dans le respect de l’ordre domestique et public, ni dans celui de la sécurité des individus. Malgré des ressources d’enferment institutionnel très limitées (p. 45), l’internement des indisciplinés est peut-être une forme ambiguë de mise à l’écart protectrice des plus vulnérables dans la société montréalaise. Dans le contexte du libéralisme au Québec au XIXe siècle, l’enfermement des indésirables qui embarrassent les autres est aussi une forme extrême d’application et de rappel des normes de la morale familiale et bourgeoise (« moraliser les masses, les discipliner », p. 209). Cette pédagogie de l’ordre s’effectue autour du travail, de la sobriété, de l’économie domestique (morale et économique), de l’intolérance face à la brutalité et des rôles sociaux dans la famille. Ce livre stimulant illustre bien la régulation sociale de la justice concertée dans le cadre communautaire des litiges familiaux. En évoquant la montée en puissance depuis 1870 à Montréal des experts assermentés (médecins, aliénistes) qui diagnostiquent pour le juguler le comportement asocial et immoral (« trajectoires déviantes ») des fous, des prodigues et des ivrognes d’habitude mis à l’asile ou claquemurés dans leur famille, cette monographie aurait gagné en profondeur avec un peu plus de comparatisme historiographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Porret, « Nootens (Thierry), Fous, prodigues et ivrognes. Familles et déviance à Montréal au XIXe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 14, n°2 | 2010, 144-145.

Référence électronique

Michel Porret, « Nootens (Thierry), Fous, prodigues et ivrognes. Familles et déviance à Montréal au XIXe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 14, n°2 | 2010, mis en ligne le , consulté le 16 août 2017. URL : http://chs.revues.org/1211

Haut de page

Auteur

Michel Porret

Université de Genève
Michel.Porret@unige.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org