Navigation – Plan du site
Comptes Rendus / Reviews

McRorie Higgins (Peter), Punish or Treat? Medical care in english prisons (1770-1850)

Oxford, Trafford Publishing, 2007, 283 pp., ISBN 1 4251 0153 4, 32 illustrations in texte.
Michel Porret
p. 119-120
Référence(s) :

McRorie Higgins (Peter), Punish or Treat? Medical care in english prisons (1770-1850), Oxford, Trafford Publishing, 2007, 283 pp. , ISBN 1 4251 0153 4, 32 illustrations in texte.

Texte intégral

1En 1978, dans A just measure of pain : the penitentiary in the industrial revolution 1750-1850 (Londres, MacMillan Press), Michael Ignatieff impute la culture carcérale triomphante dans le seconde partie du siècle des Lumières aux idéaux réformistes, rédempteurs, disciplinaires et correctifs du philanthropisme et du libéralisme hostiles à la pénalité du supplice selon les normes de l’Ancien Régime. Dès 1777, le sheriff de Bedfordshire et philanthrope quaker John Howard, abondamment cité par Peter MacRorie Higgins, dénonce l’« état des prisons en Angleterre. Il pointe notamment leur insalubrité épidémique et leur promiscuité qui en font le réservoir du désespoir social et de la récidive. Avant de devenir dès le XIXe siècle le dépotoir punitif du crime, de la récidive et de la misère sociale, tel que l’on voit encore aujourd’hui bien vivant en France, la prison pénale, comme le pensait Bentham qui voulait la réformer par une « simple idée d’architecture », aurait pourtant dû être le laboratoire social et moral de la réinsertion des individus jugés pour un crime. Punir ou traiter en prison : ce dilemme pénal remonte au moins à Platon pour qui la justice est une forme de thérapie sociale. Un peu hâtive et didactique, la monographie de Peter MacRorie Higgins est consacrée à ce dilemme du contrôle social en milieu pénitentiaire. Cette page d’histoire sociale et institutionnelle est bien ancrée dans les sources parlementaires, administratives et pénitentiaires (Gloucester, Horsley, Littledean, Northleach, Lancaster, etc.). L’historien étudie le travail quotidien des officiers médicaux dans des prisons anglaises entre 1750 et 1850. Il suit les liens complexes et souvent conflictuels entre les espaces carcéral et hospitalier, entre la prison et les commissions d’enquêtes parlementaires. Insistant beaucoup sur les usages thérapeutiques dans le confinement non médicalisé de la prison, il montre en quelque sorte la professionnalisation de la médecine pénitentiaire. Genèse et réformisme de l’espace carcéral, formation, statuts et pratique des chirurgiens pénitentiaires, médecine clinique en prison, insanité et morbidité carcérales, autorité morale et professionnelle du personnel médical dans l’espace pénitentiaire : la division thématique du livre donne sens à une histoire mal connue de la médecine pénitentiaire au moment où s’affirme en Europe – précocement en Angleterre – la prison comme peine. Hygiène pénitentiaire, prophylaxie physique et mentale des détenus (épidémies de typhus, tuberculose, fièvres carcérales, maladies vénériennes, suicide), opération chirurgicale de certains prisonniers, suivi sanitaire : les problèmes classiques de l’économie carcérale, soit de gestion massive des détenus pour de brèves ou de longues peines, sont les objets détaillées de cette enquête. Elle montre finalement l’autorité limitée du personnel médical dans le réformisme et l’humanisation des prisons anglaises : mauvais traitements, mise au fer, nourriture. Pourtant, si la prison doit neutraliser en enfermant l’homo criminalis que la société sous l’État de droit veut idéalement régénérer et resocialiser, sa salubrité garantira les conditions de la détention conforme à la dignité humaine. Les médecins deviennent - comme le montre ce livre - des experts privilégiés de l’espace pénitentiaire en construction. Ils sont des criminologues en puissance, car ils observent de visu la population pénitentiaire qu’ils traitent tant bien que mal. Sur eux pèsent souvent les pressions sécuritaires de l’administration pénitentiaire et des politiciens. Par ailleurs, les détenus, soumis au contrôle social du personnel pénitentiaire et médical, sont en quelque sorte des patients privés de liberté sur qui pèsent les pathologies propres à la prison. Celle-ci punit avec dureté les individus qui… doivent être soignés ! Peter McRorie Higgins écrit en fait l’histoire naissante de la médecine légale pénitentiaire – comme l’a pratiquée en France le médecin humaniste Daniel Gonin dans les prisons lyonnaises : La santé incarcérée : médecine et conditions de vie en détention, Paris, 1991 et 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Porret, « McRorie Higgins (Peter), Punish or Treat? Medical care in english prisons (1770-1850) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 14, n°1 | 2010, 119-120.

Référence électronique

Michel Porret, « McRorie Higgins (Peter), Punish or Treat? Medical care in english prisons (1770-1850) », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 14, n°1 | 2010, mis en ligne le 07 juin 2010, consulté le 25 novembre 2017. URL : http://chs.revues.org/1172

Haut de page

Auteur

Michel Porret

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org