Navigation – Plan du site
Comptes Rendus / Reviews

Defois (Serge), Les avocats nantais au XXe siècle

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 397 pp. , ISBN 978 2 7535 0522 3, préface de Jean-Claude Farcy, pp. 9-13 ; postface de Jean Danet pp. 343-347.
Françoise Briegel
p. 116-118
Référence(s) :

Defois (Serge), Les avocats nantais au XXe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2007, 397 pp. , ISBN 978 2 7535 0522 3, préface de Jean-Claude Farcy, pp. 9-13 ; postface de Jean Danet pp. 343-347.

Texte intégral

1Serge Defois propose une étude en quatre parties sur le barreau nantais entre 1897 et 1976. À partir d’une approche prosopographique qui veut « déconstruire l’identité collective que constitue le barreau » pour « retrouver les individus » et reconstituer le lien social (p. 23), il se propose d’appréhender le groupe socioprofessionnel des avocats nantais qui est constitué d’environ 500 membres pour la période. Pour ce faire, sa recherche s’appuie sur des sources écrites (fonds privés, archives de l’ordre, etc.), complétées d’un corpus de sources orales qui sont principalement des entretiens avec des membres du barreau.

2Dans une première partie, Serge Defois décrit l’engagement politique et social des avocats qu’il conjugue à l’évolution du recrutement, afin de saisir si le barreau nantais manifeste d’une dynamique ou s’il tend à se replier. Au XIXe siècle, alors que le ­rayonne­ment est assez marqué sur plan national, notamment car les avocats nantais s’impliquent dans la politique auprès des conservateurs de droite de tendance catholique et monarchiste, Serge Defois constate qu’après le premier tiers du XXe siècle, l’investissement individuel se modifie. Dès lors, les avocats privilégient une acti­vité associative et culturelle locale. Quant au recrutement, une diminution, surtout après la Deuxième Guerre mondiale s’observe, alors qu’une augmentation des membres, amorcée dans l’entre-deux-guerres, ouvrait sur la féminisation et de rajeunissement du barreau. Dès les années 1970, le rajeunissement du barreau nantais confère un nouveau souffle à la profession qui était « sclérosée » et attachée aux traditions anciennes.

3La deuxième partie porte sur l’origine socioprofessionnelle des avocats. La popu­lation constitue un groupe assez homogène sur la période étudiée. La grande majorité des avocats est issue des classes dominantes locales. Le modèle dynastique au cœur du recrutement qui reproduit l’hérédité sociale se double de stratégies matri­moniales qui favorisent l’entrée de la moyenne et de la haute bourgeoisie au sein du barreau. D’une manière générale, l’accès des couches populaires représente moins de 10 % des nouveaux avocats qui restent donc très minorisés jusqu’après les années 1960. Ensuite, Serge Defois évoque un « frémissement » de démocratisation de l’accès au barreau, alors que le taux de renouvellement des effectifs tend à dimi­nuer. Cette absence de démocratisation et cette faible féminisation (qui représente néanmoins 10 % de l’effectif entre 1897 et 1976), signalent que le barreau nantais se « recroqueville ». De plus, les principales responsabilités hiérarchiques de l’ordre incombent surtout aux « héritiers ». Le frein que représente le coût de la formation d’avocat intervient, sans doute, dans la faible démocratisation du recrutement.

4La troisième partie consacrée à la formation et à la carrière des avocats, signale combien les conditions de formation au métier d’avocat nécessitent une solide assise financière. En effet, le stage dont la durée varie entre 3 et 5 ans, est faiblement rémunéré. Les carrières sont en général assez courtes ; elles s’allongent après les années 1960. L’activité professionnelle devient en effet, plus lucrative à partir de cette période. Ces conditions de formation et la capacité à vivre des honoraires entravent l’ouverture de la profession à certaines catégories socioprofessionnelles.

5Finalement, dans la quatrième partie, l’auteur, à partir de la structuration du barreau et d’une approche de la déontologie, montre que l’indépendance et l’autonomisation du barreau se renforcent. La concurrence avec les avoués, dans un premier temps, puis le rattachement des deux professions en 1971 procède d’une défense « du territoire professionnel » qui structure le barreau et renforce son identité collective. Finalement, dans ce processus d’ampleur nationale, le barreau nantais est moteur dans la grève de 1976 qui préside à la formation d’une entité professionnelle à l’échelle nationale : l’organisation nationale des associations d’avocats. Ce mouvement atteste d’une tentative de renforcer la visibilité de cette profession.

  • 1  Simona Cerruti, « La construction des catégories sociales », in Jean Boutier, Dominique Julia (eds (...)

6La recherche très fouillée de Serge Defois offre l’opportunité de questionner les méthodes et les postulats adoptés dans bon nombre de recherches sur les groupes socioprofessionnels. Comme le suggère Simona Cerruti, la tentative d’appréhender des catégories socioprofessionnelles ne doit pas se limiter à celle qui ne s’occupe que de leurs intérêts professionnels1. Les analyses socio-historiques s’enrichiraient à élargir l’investigation aux pratiques et dans le cas précis de l’étude de Serge Defois aux pratiques de défenses ou de conseils judiciaires, comme il le propose dans sa courte partie sur l’activité de défense durant la période d’occupation de 1940 à 1944. Par exemple, la démarche visant à produire une description, par ailleurs implicitement normative, de l’évolution du barreau nantais en terme de « dynamisme » ou de « repli » pourrait se compléter par une mesure de l’« efficacité » professionnelle des avocats. Les procès gagnés, la recherche de sources attestant d’une satisfaction des justiciables ou celles indiquant un sentiment de justice qu’aurait généré chez les parties le travail de conseil seraient des outils également pertinents et novateurs pour appréhender le « rayonnement » du barreau à partir d’éléments exogènes.

Haut de page

Notes

1  Simona Cerruti, « La construction des catégories sociales », in Jean Boutier, Dominique Julia (eds), Passés recomposés, Champs et Chantiers de l’Histoire, Paris, Éd. Autrement, 1995, pp. 224-242.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Briegel, « Defois (Serge), Les avocats nantais au XXe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 14, n°1 | 2010, 116-118.

Référence électronique

Françoise Briegel, « Defois (Serge), Les avocats nantais au XXe siècle », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 14, n°1 | 2010, mis en ligne le 07 juin 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://chs.revues.org/1168

Haut de page

Auteur

Françoise Briegel

Université de Genève, Visiting scholar, Center for the Study of Law and Society, Berkeley University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org