Navigation – Plan du site
Éditorial / Editorial

Éditorial

Version française
Le comité de rédaction
p. 5-6

Texte intégral

1La question du crime révèle un ensemble de problèmes communs aux sociétés contemporaines, tels que la définition socialement acceptée de l'ordre et du désordre, la légitimité des structures et des moyens du maintien de l'ordre, la capacité à intégrer de nouveaux groupes sociaux ou les attentes des populations face à la justice... Dans cette perspective, l'enquête sur des sociétés ayant un rapport au crime fort différent des sociétés contemporaines, comme les sociétés anciennes, médiévales ou modernes, ou les sociétés non européennes permet de repenser les rapports actuels entre crime, régulation et société.


*
* *

2Dans les années soixante, les historiens sociaux ont rencontré « par accident » les archives judiciaires, voie d'accès aux muets de l'histoire. Ils ont donc privilégié l'étude des constantes et des variations dans les comportements criminels. Très vite, cependant, la notion même de « criminalité » est apparue anachronique et floue aux yeux des chercheurs et le positivisme « criminologique » par trop limité. Inspirés par des travaux plus critiques des sociologues de la déviance, d'autres chercheurs ont déplacé l'attention vers les instances de contrôle du crime, et ont mis en valeur les fonctions complexes des institutions juridiques et leur place dans les sociétés aux prises avec la violence. Dans un troisième temps, les historiens ont intégré le problème du crime dans l'histoire sociale du phénomène juridique et des processus de domination politique. De sorte que faire l'histoire du crime désormais c'est faire l'histoire des désordres et de l'ordre, un des lieux essentiels où, à propos du contrôle monopolistique de la violence, se joue l'évolution de la société moderne.

3Le développement de travaux portant sur les institutions pénales, la justice, les peines, la police, la criminalité, est ainsi lié aux intérêts conjoints des historiens et historiens du droit pour les méthodes des sciences sociales et des sociologues, anthropologues, politologues et juristes pour une approche diachronique. Ces intérêts réciproques témoignent de l'importance de la fertilisation croisée entre disciplines pour le développement des connaissances.


*
* *

4Dans ce domaine, sous l'impulsion du regretté Herman Diederiks, l'International Association for the History of Crime and Criminal Justice a joué depuis 1978 un rôle déterminant par les réunions scientifiques internationales qu'elle a organisées et la participation de ses membres aux réseaux spécialisés des grandes sociétés savantes.

5Ce champ de recherche arrive aujourd'hui à maturité, comme en témoignent les multiples bilans, ouvrages de synthèse, thèses et mémoires, le foisonnement de séminaires et de colloques ; la création de centres et d'équipes de recherche spécialisés.

6Néanmoins, on observe un décalage certain dans le domaine des publications scientifiques. Domaine connexe à plusieurs disciplines, l'histoire pénale s'écrit tant dans les revues d'histoire que celles de sciences sociales (sociologie, criminologie, science politique, anthropologie) ou de droit. La quasi absence de revues spécialisées aboutit ainsi à une extrême dispersion des publications et nuit à la visibilité de nombreux travaux.


*
* *

7C'est pourquoi, nous avons pris l'initiative de vous proposer, avec le soutien de la Fondation de la Maison des Sciences de l'Homme, une nouvelle revue bisannuelle qui succède au IAHCCJ Bulletin, dont 21 numéros ont été publiés depuis 1978.

8Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies se fixe un triple objectif :

9— Diffuser des articles originaux de qualité en français et en anglais : monographies, synthèses, bilans, articles méthodologiques ou réflexions théoriques, soumis à l'évaluation d'un comité scientifique diversifié.

10— Être un lieu de débat critique et de dialogue.

11— Présenter des instruments de recherche : bibliographies, fonds d'archives, base de données, travaux en cours, etc...


*
* *

12Nous sommes conscients que le lancement d'une nouvelle revue est aujourd'hui une gageure. Mais nous savons aussi que beaucoup attendaient une telle initiative. Nous espérons être à la hauteur de cette attente !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Le comité de rédaction, « Éditorial », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies, Vol. 1, n°1 | 1997, 5-6.

Référence électronique

Le comité de rédaction, « Éditorial », Crime, Histoire & Sociétés / Crime, History & Societies [En ligne], Vol. 1, n°1 | 1997, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://chs.revues.org/1025

Haut de page

Auteur

Le comité de rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Droz

Haut de page
  • Revues.org